Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 15 mai La porte noire
:: 30 avril La spirale du coeur
:: 4 février Je ne sais pas où
:: 15 décembre Matière à faire
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 15 mai | La porte noire
:: 30 avril | La spirale du coeur
:: 15 décembre | Matière à faire
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings

Archive pour le 23 septembre 2004

23 septembre 2004

D’une certaine manière timide, je saute les étapes de l’horreur. Mon nouveau voisin était psychologue et il parlait de « crise nerveuse », ce terme ponctuait chacune de ses phrases alors que je lui resservais une rasade de mon meilleur rhum. J’avais envie de le consoler de n’avoir pas été moi-même le temps d’une infidélité. Evidemment, il était délicat de lui expliquer que sa femme l’avait trompé avec quelqu’un qui n’existe pas, surtout venant de la part de ce quelqu’un. Elargir l’horizon d’un psychologue revient presque automatiquement à parler de paranormal. Il parlait de la peur de la vie de couple alors que je voyais le cul de sa femme élargi par l’angle de la table pendant qu’elle hurlait que je la prenne « par derrière ». Néanmoins ses mots de psychiatre eurent le bienfait de me permettre de voir les limites de l’analyse de l’âme par l’âme : on ne conçoit que ce qui a été fait, on ne conçoit pas l’incréé. Or j’étais l’incréation incarnée, j’étais ce-qui-ne-peut-pas-exister. Du moins est-ce ainsi que je me sentais en face du discours ininterrompu du psychiatre. Il vivait son discours et en même temps son discours était mort et à chaque souffle de mots il le tuait un peu plus. Par exemple : « Je l’aime tellement », qu’il répétait, et à chaque fois je voyais le cul de sa femme balancer contre moi dans un hurlement un peu plus audible.
« Vous avez du connaître la peur du bonheur, non ? »
« Avant, sans doute. Maintenant j’ai peur de ce qu’on croit vrai, comme le bonheur. »
« Pourquoi ? Le bonheur ne peut pas être vrai ? »
« Le bonheur, c’est une impression de bonheur, ça dure le temps d’y croire. »
Il est parti un peu pété, et je me suis dit en le voyant piétiner ses roses, qu’il avait l’air heureux.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
septembre 2004
L M M J V S D
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  
Flux RSS