Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 3 juillet La beauté du mensonge
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
15 janvier 2005

Cette nuit j’ai eu ce rêve étrange. Tu étais chez toi dans un appartement pauvre, un peu comme celui oû j’ai vécu mon enfance et adolescence. Tu me parlais mais tu ne disais rien de précis car tu étais dans une forme de délire qui s’avéra vite être due à de la fièvre. Il était évident que tu n’étais pas bien, mais tu niais. Je t’ai mesuré la fièvre et effectivement tu avais presque 40. Je t’ai demandé de te coucher, de dormir mais tu ne voulais pas. C’est alors que petit à petit sont apparus sur ton corps des petits boutons. En quelques secondes tu étais pleine de plaques rouges de la tête aux pieds. Je t’ai enfin persuadée de te mettre au lit car tu étais très malade et il fallait que je te soigne. Le rêve s’est terminé là .
Je rêve toutes les nuits de choses et autres et il est vrai que ce sont rarement de beaux rêves. D’aussi loin que je m’en souvienne je n’ai fait que des espèces de cauchemars, le plus souvent comme une série b ou film lorsque les protagonistes m’étaient inconnus et des délires lorsque je rêvais de personnes connues. Mais l’on s’habitue à tout, même aux cauchemars.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS