Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 3 juillet La beauté du mensonge
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 2 février 2005

2 février 2005

Quand on se pose des questions à soi-même, mieux vaut les poser à autrui, comme ça au moins on se décharge des questions sans même y trouver de réponse. De toute façon, on n’aurait pas trouvé de réponse.
L’autre jour, Jean-Paul a essayé de casser la vitrine d’un magasin à coups de panneau de circulation posé là provisoirement en attendant d’être planté. Je suis assez fort, physiquement, mais Jean-Paul lui c’est un golem. Une fois, je l’ai vu soulever de 20 bons centimètres l’avant gauche d’une BMW 323i. A une main. Sans déconner. Il le croyait pas lui-même et en a rigolé comme « toute cette féraille c’est du plastic » pendant un bon mois.
Il s’est posé une seule question après avoir fait ça : et si j’étais un monstre ?
Lui qui d’habitude m’asseillait de questions sur la vie, le sens de ses gestes, l’importance de… etc etc. Il s’est tu pendant un mois, avant de commencer gentiment à en rigoler.
Je crois donc qu’avant même de laisser jaillir en soi des questions, il faut se poser cette question : suis-je un monstre ?
Et essayer d’y répondre aussi précisemment que possible.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
février 2005
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  
Flux RSS