Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
20 février 2005

Je suis arrivé de bonne heure au croisement des chemins. L’heure n’avait pas beaucoup d’importance puisque ce n’était pas un rendez-vous, mais l’idée d’être en avance sur un évènement qui devait se produire durant la journée, je ne sais pas pourquoi, me rassura quelque peu. La forêt était fraîche et les arbres, silencieux. En fait je ne dus pas attendre très longtemps. Elle arriva à 09h45 exactement, se postant près du ruisseau et avalant plusieurs lampées rapides d’eau, son long cou frétillant brilla sous un rayon de passage. La biche n’avait pas peur, mais j’avais peur pour elle. En la voyant vraiment arriver, j’eus en réalité l’idée saugrenue qu’elle n’était pas là , qu’elle était artificielle ou alors une biche domestiquée, si tant est que ce soit possible, envoyée par un fermier pour me narguer. Les brindilles ne craquaient pas sous ses pattes, ses oreilles tournaient un peu dans tous les sens et ses paupières, larges, se fermaient à moitié alors qu’elle se désaltérait. Elle ne voyait pas qu’elle allait mourir. Et j’ai ricané : qui le voit ? Qui le voit si ce n’est moi ? J’ai du faire un pas de coté car elle a sursauté. Elle a fixé un moment le tronc derrière lequel je me cachais, faisant un pas de travers et glissant sur de la glaise, mais ses articulations si fines se sont vite rattrapées et elle s’est redressée, droite, cette fois consciente d’un danger. Le pressentait-elle ou avait-elle vraiment entendu quelque chose, était-ce une palpitation de l’air véritable ou son esprit était-il en contact avec des couches supérieures de la Nature ? Des questions bourdonnaient en cet instant, mais c’était trop tard, il aurait fallu y penser avant. Car la biche se retrouva, du fait de son sursaut, exactement dans la position imaginée, dressée, tendue sur la rive glissante, tremblant dans l’air matinal, reniflant dans ma direction. Dans son dos un canon pointa et la balle la percuta en plein crâne. Elle vacilla, comme surprise, le soleil filtrant des branches brilla un moment dans ses yeux et ce reflet, cet infâme reflet, je le revis en moi tôt ce matin en me levant, un éclat final qui avait scintillé dans mon café comme dans ma vision, avant qu’elle ne s’écroule dans la glaise. Et même en cet instant je savais ce que j’allais entendre: « Joli coup, Gégé ! » J’ai encore murmuré contre l’écorce chauffant sous le soleil: « En plein dans le mille… » Et de ce fait j’entendis ce ricanement gras gicler dans l’air vierge de la forêt: « Joli coup, Gégé ! En plein dans le mille ! » La biche gisait et j’avais attendu sa mort, je l’avais attendue tel un charognard. Le chasseur gigota de fierté et je m’effondrai en tremblant, comme elle avant. J’étais glacé et un peu mort en moi, mais cela, je ne l’avais pas vu, dans mon café, ce matin.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
février 2005
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28  
Flux RSS