Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 3 juillet La beauté du mensonge
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
6 mars 2005

Zoé aime manger des fruits en hiver. Zoé aime leurs sucs. Elle mord à pleines dents et plus que d’en goûter la saveur elle goûte cette sensation de filets de jus coulant sur ses mains, le long de ses bras, autour de sa bouche, descendant son cou, s’étalant plus bas. Quel délice, lorsqu’une orange qu’elle presse sur son visage parvient encore à mourir d’une goutte innattendue sur la pointe d’un sein !
Zoé mange des fruits nue.
De préférence, au coeur de la nuit, parce que le coeur de la nuit, c’est un peu comme le coeur d’un fruit. Elle aimerait presser ses nuits à en faire jaillir un sang d’encre, une essence saumâtre, une boue nocturne qui, oh oui s’il vous plaît !, irait s’écouler sur les corps gras des Endormis les bienheureux.
Zoé s’autorise des mâles parfois, qu’elle va cueillir dans les lieux de perdition, où ils poussent en abondance, les errants de l’existence, les vagabonds de l’âme dont la liberté n’a d’égale que l’ivresse. Ils rentrent chez elle les yeux brillants, la salive aux commissures. Ils en sortent pressés jusqu’à la moëlle, par le siphon de sa baignoire.
L’été, Zoé mange des fruits secs. De la route, elle observe au loin sur la plage ces corps huileux qui s’étalent comme un rôti de porc à l’orange mijotant jusqu’en novembre.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS