Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 15 décembre Matière à faire
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 décembre | Matière à faire
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings
:: 9 octobre | Avec M.
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes

Archive pour le 6 avril 2005

6 avril 2005

Lire dans la pensée. La pensée comme un livre. La pensée est-elle un livre ? Bien rangées, les lignes de pensées qui s’entassent les unes sur les autres, une page, hop une heure, 24 pages pour une journée et 365 jours feraient un roman. Simplement ? Et un poème représenterait quoi comme pensée ? Une insomnie vaseuse de 25 minutes ? Et un point virgule, non des points de suspension… Un vide neuronal ? Une absence ? Une séance de méditation zen ?
Souffler sur la poussière d’un retraité, lui tirailler le cuir, écarteler ses pages jaunies, commencer en…1920. Seulement 30’660 pages à lire.
Si ce pauvre vieux était la somme de toutes ses pensées, il serait peut-être possible de les scanner, d’enfoncer chaque jour dans une base de données, de créer un organigramme par mots clés ou, plus complexe, selon la sémantique des phrases, les entrecouper, balancer des requêtes et voir les résultats étranges que dessineraient sa vie.
Scanner une vie.
Une vie sur ebook.
Il serait ensuite envisageable d’utiliser un puissant sendmail pour spammer le monde du chaos irréversible de ces 36’660 pages dont les paragraphes, s’il y en a (qui sait ? il a peut-être vécu à 100 à l’heure), éparpillés ainsi tels de malveillants patchworks viraux, seraient dilués dans le foisonnement invraisemblable des mots des autres.
Dossier spam.
Poubelle.
Et le vieux, ricanant, sucera la paille pour mâchouiller les lardons de sa soupe.
Lire dans les pensées ? Autant comprendre les fondements de l’univers avec une paire de jumelle.
La jeune fille promène toujours son chien à 21h. Elle passe à côté du caniveau, attend qu’il défèque, ramasse soigneusement la crotte et l’emballe. Les reflets de l’emballage plastique restent toujours aussi fascinants. Sans pensée.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS