Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings
:: 9 octobre | Avec M.
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs

Archive pour le 8 avril 2005

8 avril 2005

Joyce.
Ulysse.
Loin de moi l’idée que c’est illisible.
Pourtant je n’ai jamais réussi à dépasser la centaine de pages.
Je lui tourne autour, à des méga-lieues de sa syntaxe, intimidé par cette réputation cosmico-littéraire, j’essaie, je rate, j’oublie, je recommence, j’abandonne.
Joyce est une relation cafardeuse, un couple qui ne peut pas exister et qui pourtant essaie, une impasse avec une porte fermée.
Mais ce n’est pas juste de le limiter à la syntaxe, à la simple tournure d’une phrase pivotant sur elle-même à n’en plus finir. C’est plutôt l’organisation même du flux de son écriture, la hiérarchie de ses réflexions, l’envolée de ses personnages, qui me laisse désemparé. Joyce est une falaise pleine de saillies où s’agripper, et pourtant je glisse toujours.
Je n’ai pas envie de l’achever par défi, juste pour dire « je l’ai lu »; j’ai envie de le lire vraiment.
C’est parce que la formulation de sa pensée au travers de ses personnages semble étonnante de vérité. Son écriture, c’est ainsi qu’on pense. Mais on ne peut pas lire une pensée. Je suis trop habitué à lire des synthèses.
Tous les livres actuels sont des synthèses de pensées.
Joyce a parié sur la pensée elle-même : on lit une écriture automatique, mais une écriture automatique qui s’observe en permanence.
Son aisance est terrifiante. Elle le rend innatteignable, mais aussi elle achève son écriture. Joyce s’est tué devant nous par les mots, et ce faisant il est devenu le martyr de l’expression verbale, cumulant tout ce qui a été écrit et transformant tout ce qui a suivi en une suante répétition.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS