Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings
:: 9 octobre | Avec M.
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs

Archive pour le 9 avril 2005

9 avril 2005

Le poids de l’émotion peut s’attacher à n’importe quoi. Un objet, une forme, un souvenir, un visage, une carotte. Pourquoi pas un site Internet ? Il s’agit de transférer en ce site tout ou partie de son existence émotionnelle, afin de le rendre particulièrement sensé, afin de charger cette virtualité du rôle d’allégement émotionnel. Alors, le site prend corps, il devient vivant. Il devient le site qu’on aime parce qu’on y a mis un peu de soi. Et plus on donne d’effort à y être, dans ce site, à y exister dans le prolongement de l’acte de déchargement émotionnel, plus il se charge, plus il devient sensé. Les autres qu’on y croise sont donc signifiants, parce qu’ils partagent tous ce poids émotionnel qu’ils y ont mis.
La comparaison avec la drogue est cependant une association facile : il n’y a pas dépendance, mais intensité, il n’y a pas manque, mais besoin. Le tissu des relations est d’autant plus dense que le besoin de faire exister son émotion ailleurs est fort.
Ceux qui s’effacent du site ne se suicident pas, ils disparaissent tout au plus du tissu des relations; mais le poids de l’émotion, ils le transfèrent encore ailleurs.
Cette symbolique n’a d’égal que son illusoire sensation de renaissance : on ne recommence rien, car on répétera cet effacement ailleurs, autrement.
L’Ordinateur est partout.
Vive l’Ordinateur.
Sourire.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS