Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings
:: 9 octobre | Avec M.
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs

Archive pour le 10 avril 2005

10 avril 2005

Les murs boursouflés suintent une humidité que l’homme au milieu de la pièce, sur sa chaise, ne voit pas. Des camions de banlieue passent l’un derrière l’autre sans s’apercevoir qu’ils forment un train ininterrompu de roulements, tremblements, vie d’écart en écart constipée comme un bouchon d’autoroute en cercle. L’homme sur sa chaise ne les entend plus, il regarde le plateau à ses pieds. Il repense aux nuits passées à faire le tour du périphérique inlassablement. L’unique fenêtre est embuée, pourtant il fait froid, le givre étincelle. Un peu comme le plateau à ses pieds, où s’alignent des bistouris de tailles diverses, des aiguilles à coudre et même un couteau plus large. Des nuits à tourner en rond sur le périf’, à scander ce verbe parfait. Le raccourci sublime du boulevard désert de son existence; cette ruelle sombre qu’il n’avait jamais remarquée. La prendre, avec ce verbe parfait, ce verbe lumineux, joyau hurlant, émeraude obscur.
Disparaître.
Longtemps, il a vécu le tam-tam de ce verbe. Puis ce fut « changer de vie ». Enfin, au cœur d’une nuit sans rêves, il s’arrêta, assis sur cette chaise au milieu de la pièce, il s’arrêta sur : « changer de peau ». Les bistouris souriaient.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS