Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 11 juin 2005

11 juin 2005

L’hérésie maintenant est de ne plus obéir
A la part grise du travail qui mange
Plus que ne fait manger. Après un instant
Trop vide à rêver, voilà que la bourse
Gémit de concert avec le ventre.
Pourtant il faudrait des millions de sous
Pour acheter à un rêveur son rêve
Alors que quelques uns suffisent à
L’en écarter toute une vie. Faut-il
Etre le dissident de ce principe universel
Qui fait courir pour vivre
Ou devenir ce roi tatoué de S barrés
Qui trotte dans nos têtes
Qui ne savent plus ce qu’elles rêvent ?
Le Savoir sonne à toutes nos portes
Sans plus nous laisser le temps d’ouvrir, de rêver.
Je me souviens de cette parole stupide :
Aujourd’hui, il faut marcher ou courir,
Celui qui s’arrête est perdu.
Vivre n’a rien à voir avec ce qu’on fait
Seul, qu’on marche, qu’on dorme ou
Qu’on soit perdu. Vivre est un échange,
Un troc ancestral entre rêves et gains,
Où maintenant l’espoir d’être le meilleur
Remplace l’espoir d’être meilleur.
Vain jeu de mots que peu entendent
Aux nouvelles du soir.
C’est la bataille, la joie, la solitude
Du dissident de vos vies
De l’hérétique fuyant l’Inquisition
De vos pas jetés trop vite.
Rêve donc, doux rêveur,
Rêve donc et lutte pour l’Espoir, doux rêveur,
Fais rire, fais oublier, fais croire,
Soldat blanc, armé de tes rêves.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS