Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 21 juin 2005

21 juin 2005

Il mâchait avidement
Sans vraiment se taire
La viande morte
La peau élastique et flasque,
Il avalait en rotant
De temps en temps,
L’oeil humide de joie.
Il me regardait de travers
L’air d’avoir un peu peur
Mais de n’avoir peur de rien.
L’hypocrite laissait gargouiller
Ses viscères glauques
En me lèchant les genoux
Qu’il allait bientôt broyer
Avec ses dents discrètes si bien aiguisées.
Il s’y est mis avec tant de ferveur
Que bientôt la moitié de mon corps
Sombrait vers sa gueule puante
Et alors qu’il me remontait encore
Je fixais ses yeux noirs,
Un seul et vaste iris,
Et je souriais
Et même j’éclatais de rire
Je me moquais, je lui disais :
Qu’attends-tu pour prendre ma tête ?,
As-tu peur, toi peur, de perdre la tienne ?
Et je riais
Et je riais à en pleurer.
Ce qui, enfin, a émi un doute
Dans l’estomac géant du monstre,
Un vaste pet sans aucune odeur.
Le fit fuire, loin je crois,
Vers d’autres pieds
Vers d’autres peurs.
Car il y a toujours d’autres pieds
Et d’autres peurs…
Le Malheur : cette bête n’aime pas mon rire.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS