Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 25 juin 2005

25 juin 2005

Au son des cloches d’une fin
Il y a quelqu’un de mort,
Mais mort comme on peut l’être en suspens
Au-dessus d’une route de nulle part à nulle part.
Avec un casque qui ressemble à la pensée.
Au son des cloches démarre
Un énorme rumeur d’envie de vivre qui se meurt,
Sans autre présence que cette ineptie,
L’absurdité de tout, l’absence de tout,
L’inconcevable importance de la réalité,
Les mots, aussi eux, pour moi,
Leur inutilité,
Leurs guerres,
Leurs pactes.

Car il y a des pactes entre les mots :
Ceux qui font que lorsque je pense,
C’est moi qui pense et personne d’autre.
Paraît-il. Je pense au son de ces cloches.
Au son des cloches faisant trembler,
Il y a des sédatifs qui tuent le mal,
Et avec lui, chaque pensée bien sûr.
Un peu comme quand on est mort.
Mort urbaine. Mot urbain.

Leur inutilité,
Leurs guerres,
Leurs pactes. Comme un non-sens
Qui mène quelque part, comme
Une mort sans raison
Qui fait pourtant tout chuter autour d’elle.

Au son des cloches, au son des cloches,
Des sirènes perçues de si loin
sans intérêt car c’est si loin en bas – De si loin qu’on dirait des cloches, Passent des flashs rouges comme du …
Et moi j’entends des cloches, si loin, si bas.
Quelqu’un a du disparaître…
Mais je m’en fous,
J’ai mes sédatifs, comme lui dans les cloches.
Recroquevillé je laisse passer
Encore une Mort Urbaine. Un dernier mot, un dernier rot.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
Flux RSS