Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 15 mai La porte noire
:: 30 avril La spirale du coeur
:: 4 février Je ne sais pas où
:: 15 décembre Matière à faire
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 15 mai | La porte noire
:: 30 avril | La spirale du coeur
:: 15 décembre | Matière à faire
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings

Archive pour le 13 juillet 2005

13 juillet 2005

As-tu cru tout ce que je t’ai raconté jusqu’à maintenant ? Non. Tu as juste effleuré des existences imparfaites à plus d’un titre. Normal, elles n’existent pas, ces existences. Je les invente. J’ai besoin d’elles, parce qu’elles me donnent de la consistance. Masha, Nour, Barry, toi, vous n’êtes que des artifices pour tromper une forme de solitude fondamentale, une solitude sociale.
Igor ramassa le briquet laissé près du chandelier pour rallumer une cigarette mourante. Dans la pénombre de notre geôle, ce maigre bruissement de gaz eut l’effet d’un explosif.
Tu sens la respiration n’est-ce pas ? J’ai été tous ceux-là et beaucoup d’autres, mais à tes yeux inexistants je ne suis rien de plus qu’une chair rougeoyante au bout d’une clope partant en fumée. A tes yeux je pars en fumée.
Bien que des dizaines d’heures auraient du me préparer à cette rencontre, je n’ai rien trouvé à lui répondre. A bon escient, un moine a rouvert la porte.
« A votre tour d’aller jouer, Igor », dit-il.
« Dites-moi très cher… » Le moine interrompit une expression inexistante sur son visage. « Y’a-t-il quelqu’un d’autre dans cette cellule en ma compagnie ? » Je ne saurais l’affirmer avec certitude tant il faisait sombre, mais je crois que le moine ébaucha un sourire.
« Absolument pas, Monsieur. »
« Bien. »
Igor fixa son attention sur mon visage, mais ce fut comme s’il avait pu voir à travers moi. Il se leva lentement tout en me regardant.
« Bien. Allons imaginer des situations sanglantes pour tous ces joueurs insatiables. »
« Oui Monsieur. Aujourd’hui, il y a exactement 2’539’411 joueurs connectés à votre salle de jeu. »
Igor sortit et dans l’obscurité, je disparus.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
juillet 2005
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Flux RSS