Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 15 mai La porte noire
:: 30 avril La spirale du coeur
:: 4 février Je ne sais pas où
:: 15 décembre Matière à faire
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 15 mai | La porte noire
:: 30 avril | La spirale du coeur
:: 15 décembre | Matière à faire
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings

Archive pour le 18 juillet 2005

18 juillet 2005

De cette immaculée conception du lieu suintait maintenant le désir de se battre, de vaincre, d’être le meilleur. Je n’avais rien à perdre : j’étais déjà mort. Igor devrait-il me couper la tête ou me transpercer le cœur pour qu’une seconde mort me prenne ? J’étais invincible et Igor le savait.
Igor, je le connaissais depuis tout petit, depuis qu’il avait décidé de devenir mon père spirituel. Jailli de nulle part peu après mon septième anniversaire, cet ado tortueux m’avait donné la main alors que mes parents s’entretuaient dans les papiers du divorce. Il m’avait donné l’envie d’être à part. L’envie de briller sur les autres. Au-dedans, il m’a appris à maîtriser le hasard des autres au détriment du mien. A comprendre leurs conflits et à en tirer parti, à entrevoir les desseins secrets de chaque destinée entassée sur l’inconscient, l’éducation et l’expérience. Education, inconscient, expérience, la somme nerveuse de chacun. Et oui le hasard je l’ai manipulé, jusqu’au jour où j’ai gagné à la loterie. Millionnaire. Comme ça, d’un matin à l’autre. La bonne blague du hasard des chiffres, hasard des chiffres que j’avais voulu. Dès lors, plus trace d’Igor qui allait sur ses trente ans. Il a disparu en me tendant une dernière fois la main au sommet de la Cathédrale de Compostelle harnachée d’échafaudages ambitieux, une nuit d’hiver. Il m’avait dit : tu as acquis l’irréalité, maintenant applique-toi à reconstruire. Et sans comprendre j’avais ri haut et fort, et ensemble on a bien bu, au sommet de Compostelle. On riait même des étoiles, mais Igor lui seul connaissait leur sort.
Il a levé son sabre dans ma direction et la lame a brillé comme un clin d’œil sur mon nom incrusté. J’ai décidé de ne rien rétorquer. Toute cette blancheur ne méritait pas tant de manières. J’eus l’éclair qu’elle méritait du sang. Parfois, le sang rassemble les forces, me disait Igor. Mais en face de moi, sa capuche rabattue comme dans un remake de Bergman, Igor ne voulait rien m’apprendre. Plutôt, m’effacer.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
juillet 2005
L M M J V S D
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Flux RSS