Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 26 octobre Corcovado
:: 25 octobre C’était sensé être
:: 24 octobre Le dernier des musées
:: 8 octobre Une étrange certitude
:: 12 septembre [Hommage] Dialogue d’elle-lui-elle
:: 11 septembre Sémantique urbaine
:: 7 septembre Nous allons mourir, mon amour
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
:: 29 décembre | La faiseuse de mondes
:: 6 décembre | REP Gérard Delaloye ou La solidité de l’Existance

Archive pour octobre 2005

15 octobre 2005

Un mot.
Ecrire un mot.
Il y a quelques touches pour cela. Et puis on passe aux suivantes. Peu importe finalement que les touches se suivent, écrire un mot revient à écrire des touches. Il y a là toute une ambition; le virtuel crée cette ambition. Car tout est imaginable derrière une succsession de touches, tout est déterminable et en même temps, aléatoire. On dirait presque de l’indécis.
Ecrire est une indécision. Une façon d’éviter le mot unique; vous savez, ce mot juste, cet unique mot qui tairait toute ambition d’en dire plus. Mais ce mot est introuvable. Il vogue dans l’indécision et de ce fait les autres, tous ces autres mots, comblent le vide pour essayer de le préciser, l’unique mot. « L’Aleph » de Borges, autant que le désir récent d’immortalité d’un clone reprodruit à des millions d’exemplaires, sont des tentatives de fixer cette saveur indissoluble, cette marque d’absolu qu’aucun être concret ne puisse apporter, ni par amour, ni par admiration, ni par relation. Ecrire un mot.
Graver sa tombe et respirer.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
octobre 2005
L M M J V S D
« Sep   Nov »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Flux RSS