Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
9 juillet 2006

Lui agrippant un sein je l’ai violemment attirée, pressant ses fesses contre mon bas-ventre.
« Hé ! Tu crois pouvoir m’avoir comme ça petite infrarouge vierge sortie de nulle part ? Retourne en salle d’éducation SXY, Errata chérie. »
Accentuant la pression sur son sein :
« Et toi princesse porn tout droit sortie d’un mauvais clip de rap black tu crois pouvoir faire de l’effet à quelqu’un autrement que par ce nectar, tu crois pas que tu fais poupée Barbie rêve de l’ado à la cervelle grillée par des visions standardisées du sexe, tu crois que le cul peut se contenter d’une image de toi, histoire qu’ils bandent et ramollissent la minute suivant cette extase si complètement superficielle que tu leur proposes juste pour te sentir léchée de leurs regards, tu crois que tes talons, tes dessous et ta démarche sont très différents d’une affiche où dégouline le fromage d’un cheeseburger, et tu crois peut-être aussi que tu joues avec leur désir alors qu’en fait tu joues uniquement avec leurs besoins, mais en même temps tu te crois plus heureuse à chaque fois qu’une bite sur pattes déboule en te faisant la sérénade, tu te crois plus jolie, tu te trouves plus heureuse et utile quand t’as l’entrejambe bien rempli et les ovaires qui te remontent jusque dans la gorge, et le plus beau, ma belle, c’est que tu crois être plus maligne qu’eux lorsque tu les as en ta possession alors que tu ne fais que servir l’industrie porno qui elle se frotte bien sur ton corps en amassant du pognon pendant que ta cervelle de mousseline fait des pirouettes de contentement, et ton cul de dandiner… »
Elle m’a rejeté contre la balustrade, je ne savais plus ce que je disais, de l’alcôve plus bas plusieurs regards se sont levés vers nous, momentanément détournés de leurs flirts. Ce putain de nectar m’électrisait tout le corps et ma cervelle, trépidant d’envies, mitraillait les corps, hommes ou femmes, répandus parmi les coussins. 57366 m’observait du haut de ses prunelles à moitié fermées, j’avais sans doute réussi pour un instant à secouer cette sculpturale illusion qu’elle s’échinait à construire dans chacun de ses gestes et sourires.
« Sale petite poufiasse frustrée », a-t-elle sifflé.
Cela m’a suffit.
« C’est ça, désolée, je… heu… J’ai rendez-vous avec mermaid87. »
Titubant je me suis dirigée vers un portique surplombé de l’affichage digital « Scanner », le frottement de la combinaison sur ma peau était douloureusement jouissif, l’impression d’être nue et d’offrir chaque parcelle de ma peau à des corps si tentants, langueur, sueur, torpeur, surtout entre les jambes, ivresse du toucher à la lucidité suave et bien trop tapageuse.
En sortant de l’ascenseur-plate-forme l’immensité du hall du Scanner SXY m’apporta quelques goulées d’air frais comme le grand large. Je restais très troublée par le corps de chaque citoyen, ils m’apparaissaient telle une multitude d’invites secrètes, et mermaid87 s’est approchée, un peu perplexe car elle a pu apercevoir quelque chose d’inattendu dans mon regard. Sa combinaison jaune moulante avec ses fermetures éclair devant et derrière m’a terriblement excitée. Moi qui n’avais jamais eu d’expérience avec une femme je me suis permise de l’enlacer pour lui chuchoter bêtement :
« Tout le monde est si beau sur le secteur SXY. J’ai envie d’être déballée comme un cadeau… »
La défoncée-type, en somme.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
juillet 2006
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Flux RSS