Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 3 juillet La beauté du mensonge
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 20 juillet 2006

20 juillet 2006

Déclic, accélération latérale, déclic, secousses comme dans un wagon marchandise, grincements, montée écrasante. J’ai déménagé sur le secteur ETC, un espace « littéraire ». Une bleue m’a tout de suite souhaité la bienvenue sans faire de commentaire particulier sur ma fiche. Plus d’alcôve ni de citoyens à moitié nus, mais la succession ininterrompue des rayonnages d’une bibliothèque, des allées se perdant au loin sous la lumière discrète de lustres descendant d’un plafond plongé dans l’obscurité, trop haut ou inexistant. Le sol en bois sombre craque par endroits. Un citoyen croise mon allée, plongé dans sa lecture.
« 55412 est demandé à l’Ecritoire, 55412 ! »
« Salut ! »
Un barbu plus petit que moi, souriant, style italien jovial.
« Tu viens d’arriver sur le secteur toi, tu m’as l’air un peu perdue, non ? »
« Ouais et j’en ai rien à foutre vois-tu. »
« Tu ne pense pas être au bon endroit ? »
« Je ne sais pas et toi ? »
« Je n’y pense pas trop. »
« Et bien moi j’y pense vois-tu… Je pense à celles qui s’amusent à la surface, celles qui tout à coup dans leur vie font plein de rencontres, explosent de joie, sautillent comme des sauterelles d’un petit bonheur de merde à l’autre, et elles se pâment de vivre soudainement si épanouies, d’adoooorer tout ce qui les entoure en respirant la fraîcheur nocturne d’un été, et puis tout lui est permis à celle-là car elle peut vagabonder d’une illusion à l’autre en étant convaincue que la prochaine sera meilleure que la précédente, elle suce le gland exceptionnel de l’incongru, et elle aime ça, et elle en redemande, parce que ça fait du bien de se sentir un peu libre, tu sais de cette liberté qui fait aimer les stations essence sur l’autoroute parce qu’elles sont des promesses d’avenir, de cette idée ridicule de croire que l’idée suivante te portera encore plus haut, et puis tu te sentiras aimée et heureuse, même si c’est faux peu importe tu le sentiras comme cela, tu auras plein de gens autour de toi pour chercher ce bonheur que tu étales grassement parce que les croissants sont meilleurs après une bonne baise qu’après une baise tout court. »
« T’as pris un truc ? »
« Et puis il y a le pâté de foie gras que tu peux étirer langoureusement sur le corps frétillant d’un inconnu qui sur l’échelle de l’évolution a la valeur d’une demi baguette, mais peu importe parce que tes désirs il faut bien les mettre quelque part et que vois-tu les fêtes populaires ça va un moment mais après il faut étaler, étaler la richesse de ton cul pour en faire saliver d’autres qui n’ont pas plus d’espoir que toi, si ce n’est, folle illusion, d’en amadouer pour qu’elles fondent devant le pâté de gras, le mélangent à la sauce de l’illusion d’être aimée. Et plus tard quand t’es bien sûre que tout va bien et que tu penses, dans un geste de défi à l’humanité, à procréer, alors que la bave coule sur l’épaule de ton voisin tellement tu te sens belle, alors à ce moment tu peux te dire « j’ai de la chance », parce qu’il y a un gland le long du quai qui t’a promis de pointer entre tes jambes. »
« Viens on va au Scanner prendre un verre. »
« Non mais dis-moi pas que tu n’en a pas déjà rencontré, des poufiasses heureuses ? Celles qui s’en vont avec le sourire retrouvé si facilement pendant que toi tu essaies juste de soulever ton combiné ? Mais tu sais bien, celles qui font semblant d’aimer avec leurs grands yeux qui te regardent, tellement perdues que tu te croirais leur sauveur, avant qu’elles ne sautillent d’un autre sourire à l’autre, d’une autre mini-jupe à l’autre, l’air de dire, avec leurs grands yeux : je suis si triste, aimez-moi svp. »
« Non je n’ai jamais croisé de telle salope, désolé. »
« Et bin mon vieux, tu sais pas ce que tu rates… »
« Je rate quoi ? »
« Pas grand-chose. »


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
juillet 2006
L M M J V S D
« Juin   Août »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Flux RSS