Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 26 octobre Corcovado
:: 25 octobre C’était sensé être
:: 24 octobre Le dernier des musées
:: 8 octobre Une étrange certitude
:: 12 septembre [Hommage] Dialogue d’elle-lui-elle
:: 11 septembre Sémantique urbaine
:: 7 septembre Nous allons mourir, mon amour
:: 6 septembre Quand le vent froid soufflera
:: 3 septembre Architecture réalisée : bureaux en mailles métalliques à Crissier
:: 2 septembre D’amour, de mères et de femmes
:: 1 septembre L’instant précis
:: 31 août Déréliction IV
:: 25 juin Où vas-tu, à Vinicius
:: 24 juin Quand elle dort
:: 23 juin L’abîme de l’été
:: 22 juin Vision
:: 21 juin L’été flamboyant
:: 20 juin Le lien
:: 16 juin La réalité
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
:: 29 décembre | La faiseuse de mondes
:: 6 décembre | REP Gérard Delaloye ou La solidité de l’Existance
:: 8 août | Rêve d’architecte
:: 24 juin | L’antre des Gobelins
:: 18 décembre | Les amours passés
2 août 2006

Ils arrivent dans une salle basse, nommée Terra Scataphilia par d’anciens cataphiles, parce qu’elle n’est même pas belle, rendue étroite par des remblais qui à la base d’un pilier forment quelques grosses boules de matière humide. Et surtout, parce que plus loin il n’y a que des galeries sans issue et des chatières puant le souffre. Angeline pose son acétylène sur une pierre plate et sort une bouteille de vodka.
« Je suis déjà passée par ici. On est au Nord d’Alésia. »
Elle avale une rasade et tend la bouteille à Fulgence qui en prend une lampée, par politesse. La flamme fait des reflets magiques sur le T-shirt ondulé de cette fille. On dirait une déesse caverneuse.
« Ce contrôle dont vous me parlez, ça me rappelle les installations nazies durant la guerre, près de la rue Corneille, ces renforcements de ciment coulé pour le passage des soldats et ces corridors remplis d’ampoules, de câbles téléphoniques et de caisses d’armes. Ils appelaient ça la défense passive, non ? Les gars de la police, leur satellite, ils appellent ça aussi de la défense passive ? Décidemment, les nazis étaient en avance sur leur temps… »
Fulgence se tait. Elle a raison. S’il doit bien subsister un lieu de liberté totale sous la civilisation, c’est ici, dans les carrières. D’autres grandes métropoles n’ont pas cette chance, pas cette fuite, elles sont grillagées, plates et dures.
« Vous préférez peut-être que nous fassions sauter des bombes dans les cinémas pornos ? »
« Non, je vous vois plutôt comme un Michael Moore français. Un gars qui dénonce, qui passe par dessous les règles et qui jaillit entre les jambes des politicards, d’une bouche d’égout, pour pointer du doigt sur l’hypocrisie qu’ils émettent à grands renforts de panneaux publicitaires, dans mon métro, à la télévision et dans les journaux. »
« Dans votre métro ? Mais vous parlez comme un dirigeant d’usine Nike en Indonésie ! Il n’y a rien à faire pour changer le système. Le système tourne, c’est son principe, et ceux qui s’y opposent ne tournent pas, c’est tout. Si vous réussissez à sourire en face d’une caméra et à faire rire les gens qui vous écoutent, déjà , vous faites partie du système qui tourne, et je vous classifierais dans les exutoires, comme Coluche, comme tant d’autres détracteurs, comme votre Moore qui promeut la « petite » lutte sous prétexte qu’agir dans son coin est déjà un pas vers le changement, vers une façon de voir l’humanité différente, alors que c’est exactement le contraire, parce que le système avale même ceux qui s’y opposent, et c’est justement son principe premier, de permettre à chacun de s’exprimer, de se révolter et d’agir. Et en agissant, le système vous englobe déjà . Les systèmes de l’évolution sont superficiels et pour les mettre en branle, pour les faire avancer un peu plus, vous devenez vous-même superficielle. Il n’y a qu’une seule manière de ne pas appartenir au système, c’est de se taire, de ne rien faire, même pas allumer sa TV, et de se laisser pourrir sur place. Si cela pouvait se produire à une échelle sociale, et bien le système serait détruit. Mais ne vous faites pas d’illusions, il ne serait pas totalement détruit, il serait juste remis en cause profondément, ceci afin de donner naissance, ou de promouvoir, pour être plus pragmatique, un autre système. »


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
août 2006
L M M J V S D
« Juil   Oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Flux RSS