Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 26 octobre Corcovado
:: 25 octobre C’était sensé être
:: 24 octobre Le dernier des musées
:: 8 octobre Une étrange certitude
:: 12 septembre [Hommage] Dialogue d’elle-lui-elle
:: 11 septembre Sémantique urbaine
:: 7 septembre Nous allons mourir, mon amour
:: 6 septembre Quand le vent froid soufflera
:: 3 septembre Architecture réalisée : bureaux en mailles métalliques à Crissier
:: 2 septembre D’amour, de mères et de femmes
:: 1 septembre L’instant précis
:: 31 août Déréliction IV
:: 25 juin Où vas-tu, à Vinicius
:: 24 juin Quand elle dort
:: 23 juin L’abîme de l’été
:: 22 juin Vision
:: 21 juin L’été flamboyant
:: 20 juin Le lien
:: 16 juin La réalité
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
:: 29 décembre | La faiseuse de mondes
:: 6 décembre | REP Gérard Delaloye ou La solidité de l’Existance
:: 8 août | Rêve d’architecte
:: 24 juin | L’antre des Gobelins
:: 18 décembre | Les amours passés
6 août 2006

« Connaissez-vous cette phrase de Cuvier, l’inventeur de l’archéologie moderne : tous ces faits, analogues entre eux, et auxquels on n’en peut opposer aucun de constaté, me paraissent prouver l’existence d’un monde antérieur au nôtre, détruit par une catastrophe quelconque ? »
« Non : et quel rapport avec la RATP ? »
« Un rapport avec nous ici… Vous êtes ici à cause d’une catastrophe intime dans votre vie, à la recherche d’un monde antérieur… »
« Et vous Fulgence, quelle est votre catastrophe ? »
« La disparition d’une rame entière sur la ligne 1 au début de cette année. Mais nous avons encore quelques kilomètres à parcourir pour arriver au point où le tunnel est apparu sur le scanning. Nous approfondirons cette discussion plus tard, si vous le voulez bien. »
Fulgence laissait un sillage derrière lui dans l’eau transparente, la vodka les avait réchauffé et ils marchaient vite ; au bout d’une heure de souffle court le corridor se resserrait plus loin pour se terminer en cul-de-sac. Il lui a souri et ses rides semblèrent appartenir aux crevasses des parois qui les ensevelissaient.
« Vous n’avez pas entendu un écho inusuel dernière nous ? »
Angeline a brandi sa lampe à acétylène, éclairant quelques mètres seulement du couloir derrière eux, cette nuit totale et ce vide et ce silence qui se recréaient derrière leur passage fugace de chair et de sang la fascinait. Ils n’exprimaient qu’un mouvement rapide ici, un dérangement momentané dans l’absolue et infinie obscurité, une fuite, un souffle contre la rugosité de ce qui ne termine jamais.
« Angeline ? »
« Vous marchez vite, prof, pour un… »
« Un vieux ? »
« Je n’ai pas vraiment fait attention, mais avec ces galeries inondées n’importe quel cataphile un peu expérimenté pourrait nous suivre sans problème. »
« La question est : à qui viendrait l’idée de nous suivre ? »
« A n’importe qui d’un peu connaisseur. Un cataphile curieux qui connaît déjà ce chemin et qui aurait envie de savoir pourquoi un cul-de-sac peut nous intéresser ou un poseur de tract qui attendait juste notre arrivée pour découvrir une salle vierge où poser son flyer pour frimer devant ses potes, ou pourquoi pas un membre de l’Inspection des Carrières qui a du temps à perdre ce soir, ou alors encore un… »
Elle s’est tue en voyant une inscription gravée dans la roche. Une plaque lisse et grise cachée par une saillie que son ombre énervée avait réussi à dévoiler dans un sursaut de lumière, et en s’approchant de la gravure d’une netteté irréelle Angeline a eu envie d’éclater de rire, parce que ce n’était ni du calcaire ni du gypse, cette roche ciselée dans le moindre détail se moquait du temps, ce n’était pas de la roche mais de l’acier brillant sous les ruissellements suintant et changé en une forme incongrue tellement elle paraissait moderne en comparaison de son âge apparent. Sur 20 centimètres carrés environ, crochet ouvrant, p, crochet fermant : [p] inscrit dans l’immatériel au fond de la terre.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
août 2006
L M M J V S D
« Juil   Oct »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  
Flux RSS