Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 15 mai La porte noire
:: 30 avril La spirale du coeur
:: 4 février Je ne sais pas où
:: 15 décembre Matière à faire
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 15 mai | La porte noire
:: 30 avril | La spirale du coeur
:: 15 décembre | Matière à faire
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings
31 octobre 2006

J’ai vite compris le jeu des apparences : les couleurs m’y aidèrent. Parce qu’on essayait tous d’être plus que sa couleur. Le besoin de paraître admirable, de surnager, comme là -haut dans la vraie vie, cette précipitation vers la couleur la plus remarquée, afin d’élucider pour soi-même le mystère de la pamoison des autres et de s’en sentir amélioré.
Ztwea me fit comprendre ce jeu en arborant fièrement la succession inutile de ses conquêtes. Il n’y avait pas de mal à conquérir, mais il n’y avait pas de sens non plus. Tout se passait comme on en avait l’habitude, sauf que les règles rendaient tout cela ridicule. Ztwea était verte dans un secteur dont elle n’avait strictement rien à foutre (CIN pour cinéma), mais elle avait fait son chemin à coup de suaves interventions, elle avait juste fait son cinéma.
Nous étions enfermés là -dedans.
« T’as plus le droit de te taire parce que si tu te tais tu disparais gentiment vers rien du tout, et puis un jour passe un robot nettoyeur pour ramasser la carcasse de ton silence. »
« Et si j’en ai rien à foutre de toute cette machinerie ? »
« Aucune différence. Si tu te tais tu te tues. »
« Mais je veux être moi-même comme je veux et quand je veux ! »
« Comme TU veux ? Il n’y a pas de comme TU veux. T’es embarquée dans un mécanisme, depuis ta naissance, et tu dois au moins obéir à ce mécanisme, c’est ça que ça veut dire d’être ici : il n’y a qu’un seul chemin, celui qui fait que tu es là , et tu dois faire avec. »
« Alors je vais changer mon chemin. »
« Ca, tu peux toujours, Errata, mais ça fait horriblement mal. »
Les Centres de Formation avalaient régulièrement des cohortes de citoyens dépassant volontairement les règles du système.
« Les frontières du système ne sont pas les tiennes et si tu es ici c’est qu’on veut que tu ouvres d’autres voies. »
 « Et toi Ztwea tu fais ça ? »
« Je sais juste qu’il y a une grosse différence. Avant, je les séduisais l’un après l’autre sans but, mais maintenant je les séduis l’un après l’autre sans autre but que leur couleur. »
« Et ça fait une grosse différence ça ? »
« Oui, parce que je me demande pourquoi. »
Ztwea a disparu du Scanner de recherche quelques jours après notre discussion.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
octobre 2006
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Flux RSS