Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 3 avril 2007

3 avril 2007

Il y a un moment où les autres ont tout à coup cru qu’ils pourraient être meilleurs que moi, que je ne serai plus le centre de leur monde. Quand je suis né. Gravissimme malentendu que la consommation frénétique des plantes, en particulier des plantes tropicales, démontre jour après jour : les frous-frous de la foule matinale dans les rues printanières sont absolument odieux comparés à leur silence en sueur. Et je ne parviens pas contrairement à vous à n’être quoi que ce soit d’autre qu’une vapeur de déconcentration, un morceau de viande trop cuit, une liste de prestations non-contractuelles. Vous êtes vraiment trop nombreux, depuis que je suis né, et je ne comprends pas les succès récents de la tyrannie écologique dont les propositions de survie de l’espèce humaine sont rangées dans des modules multi-critères de scénarios catastrophe, depuis que je suis né, que vous disparaissiez tour à tour à une vitesse accélérée dans le brasier du réchauffement planétaire. Je comprends les vexations d’Hitler et les agacements de Le Pen. Eux aussi lorsqu’ils sont nés les autres ont cru quelques temps qu’ils ne seraient plus le centre du monde.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Flux RSS