Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 6 avril 2007

6 avril 2007

1,5 g de peau nourrit un million d’acariens. Ma mère piaffe à l’idée de peindre les oeufs avec Lorna, paraît-il. Ma mère est une personne très énergique et je n’ai aucune peine à l’imaginer piaffant d’impatience à la perspective de peindre des oeufs avec ma fille. Il faut qu’elle s’occupe, qu’elle agisse dans un sens ou dans l’autre, même dans n’importe quel sens pourvu que ce soit un sens; sa vie est une grande offrande à l’Action. Mais pourquoi peut-il y avoir jusqu’à 1500 acariens dans un ridicule gramme de poussière ? Souvant durant mes journées devant l’ordinateur j’entends le son de cloches lointaines, de sirènes imperceptibles ou parfois la tonalité occupée. Je sais que mon esprit crée ces sons à partir des graillements et ronronnements fades de l’ordinateur, et que par conséquent mon esprit crée aussi cette obsession de propreté incarnée par le balai et les éponges, ce besoin féroce d’exterminer ces milliers d’acariens qui la nuit en profitent pour me grignoter des grammes de peau. Accrochées à leurs abdomens, frétillant de joie sur leurs six pattes de microns, ce qui m’angoisse par contre est la vision de tous ces millions de têtes de ma mère mastiquant du derme sur le moindre millimètre carré de ma peau. Il existe une connvience psychanalytique entre ma fille peignant des oeufs avec ma mère piaffant d’impatience et les millions d’acariens qui m’entourent impunément. Ca doit être d’ordre sexuel. Mon hypophyse se vexe du dédain que j’offre au printemps et de fait elle pompe ses hormones d’une vigueur accrue. Il faut que je balaie, il faut que je fasse la lessive.

Smiley


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Flux RSS