Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 9 avril 2007

9 avril 2007

En rentrant de Bâle j’ai croisé Leonard Cohen dans le train. Une de ces journées ecclésiastiques où je repère une succession de détails sous forme de messages à transcrire et interpéter. D’abord cette jeune femme aux cernes immenses et brunâtres qui m’a longuement fixé lorsque je me suis assis en face d’elle. Le titre de son livre : "Lexique de l’Esotérisme". Et puis le soleil brillait trop fort comme il sait le faire certains jours de printemps qui ressemblent encore à l’hiver, conférant trop d’éclat et de reflets aux objets, la réalité paraît m’hurler aux yeux. Puis elle est sortie du train régional en secouant la tête et rigolant et a été remplacée par un yorkshire terrier dont les maîtres, un vieux couple moche et sans enfant, sentaient la naphtaline. Après quelques minutes leur chien s’est mis à lentement grogner dans ma direction. Ses maîtres au dédain aussi flasque que leurs joues reniflaient de contentement; ou alors ils pouffaient. Et cet être indéfinissable aux longs cheveux gris, sales, enfoncé dans un blouson comme humide de larmes sur le quai de Bienne, elle reniflait, peut-être qu’elle avait pleuré toute la nuit et toute cette matinée avant de se trouver plantée devant moi sur ce quai aveuglant de lumière comme si elle m’avait attendu, cette chose avait l’air de me fixer aussi de derrière ses lunettes de soleil sauf qu’elle ne pouvait voir que son reflet de l’autre côté de la vitre teintée. Comme elle avait l’air triste et inutile dans cette ville aux immeubles fades. Elle aurait aussi bien pu mourir l’instant d’après, j’en aurais été soulagé. Ces éléments devaient se combiner, posséder un sens particulier, ils tentaient de me révéler quelque chose alors que j’observais le défilement des vignes neuchâteloises derrière la vitre teintée du wagon restaurant, doublement protégé par mes lunettes de soleil. Lorsque je l’ai vu. Il me fixait aussi depuis l’autre bout du restaurant. Il portait aussi des lunettes de soleil. D’abord j’ai eu un doute. J’ai vu la dernière fois Leonard Cohen dans un documentaire où il faisait le moine bouddhiste à Los Angeles, il y a quelques années. Il me semble qu’il était plus vieux que ce type. Protégé par mes lunettes j’ai détourné la tête pour faire semblant de regarder dehors alors que je le scrutais attentivement. Ce long visage marqué, ce nez incomparable, l’arc fragile des sourcils, les joues émaciées, la coupe de cheveux… Il se teignait sans doute les cheveux. L’Afro-américaine qui l’accompagnait était grosse et solide, compagne imperturbable qui devait convenir au fil fragile de sa vie. Lui le tombeur de femmes, nul doute qu’il avait trouvé en elle un repos de fin de vie. Quel âge pouvait-il avoir ? 70 ans peut-être… Mais que faisait-il en Suisse ? A vrai dire aucune autre question logique ne me traversait l’esprit, tétanisé, gorge sèche, et j’ai été magnétisé, lentement obligé de lui rendre son regard droit dans les lunettes, comme un duel de lunettes solaires dont le sens m’échappait complètement. Je m’apprêtais à faire une chose aussi débile que d’aller lui demander un autographe juste pour casser cette attention oppressante qu’il me portait, lorsque sa compagne lui a gentiment tapoté sur l’épaule pour lui signifier qu’ils s’en allaient. Soulagement impossible à mesurer. Et puis elle s’est mise devant lui, lui a pris la main pour la poser sur son épaule et ainsi ils ont traversé le wagon entre les tables, Leonard trottinant derrière elle accroché d’une main à son épaule, des petits pas d’aveugle pour éviter de s’égarer dans le noir absolu. J’ai grincé des dents en contemplant à nouveau le paysage qui redémarrait. Je l’ai eu mon signe cabalistique d’ombres et de lumières. La réalité hurle parfois moins que le silence.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Flux RSS