Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 17 avril 2007

17 avril 2007

Je suis nombreux. Je bois des cafés pour me réveiller parce que je me couche parfois trop tard à cause du film à la télé. Je me souviens de Capitaine Flam et de Goldorak, grands moments de flamboyance enfantine. Je ne crois pas en grand chose, ou ai envie, mais en fait je ne sais pas trop. Il y a parfois, trop rarement, des détails qui attirent mon attention, comme ce gosse jailli d’un immeuble délabré et en me bousculant la cuisse dans son regard cet éclat sévère de comptable acharné et monomaniaque; il doit avoir 7 ans. J’essaie d’être honnête, bon avec mon entourage, écologique, économique, utile. Généralement, j’ai fait l’université et je suis plutôt intelligent dans mon genre. Même si ça me débècte, mais c’est parce que je n’ai pas – encore – vraiment les moyens, je suis bien obligé d’aller acheter Ikea. Ou alors j’ai déjà largement les moyens mais j’aime Ikea parce que même si l’enseigne réunit sous sa douce aile bleue un consumérisme effréné je respecte le concept qui est intelligent. Je respecte d’ailleurs ceux qui réussissent en général. J’associe souvent réussite sociale à intelligence. Souvent aussi, mon travail est un peu ennuyant, mais j’essaie de compenser par des projets personnels, par une vie privée bien garnie, intéressante. Qui ne me satisfait pas. Il me manque toujours quelque chose de la majesté de Goldorak, de la violence de ce gamin de 7 ans, ou j’admire ces neirds enfoncés dans un univers qui leur est si propre, immanent à leur activité elle-même immanente à leur pensée, comme des techniciens dont on ne comprend rien ou des chercheurs penchés indéfiniment sur de mystérieuses éprouvettes. Je recherche la passion dans un univers en somme assez fade, ceux aux destins tracés comme des filets d’Airbus, sans toutefois chercher trop fort ou trop loin: j’ai horreur des asiles psychiatriques. J’aime acheter des choses, lis peu, critique beaucoup les médias et la masse tout en acceptant modestement de faire partie de tout ce système, dont les dirigeants, qui sont je le sais souvent empêtrés dans les fils de leur propre pouvoir, me sont presque totalement indifférents. Lutter contre l’indifférence serait pour moi un grand combat mais pour beaucoup je ne m’en rends pas compte. Capacités doublées sonne bien à mes oreilles, c’est pourquoi je rêve en jouant au loto, ne me souviens pas de mes vrais rêves, prépare soigneusement mes vacances, et au bout de quelques années de relations, quand j’arrive aussi loin avec patience et entêtement, contre ma propre nature si encline aux divorces, j’utilise Internet pour oublier. Tous ces rêves que j’ai à oublier! Un cynisme que j’abhorre parce qu’il est générationnel et banal me permet néanmoins d’apprécier l’idée selon laquelle Dieu n’est pas mort mais Nietzsche, lui, oui.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Flux RSS