Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 18 avril 2007

18 avril 2007

Je n’ai jamais été aussi remarquée. Et tout ce fatras de théories sur les droits de la femme, l’égalité des sexes et le droit de manger du veau autant que les hommes! J’aurais aussi bien pu être une vache qu’on juge à sa robe et la grasse échancrure de sa cuisse, et puis on m’a posée sur un piédestal pour montrer comme j’avais droit à la vie. Le féminisme a été comme de devenir végétarien mais on ne m’a jamais demandé si j’avais ou pas envie d’être mangée. Vaste et vaine spéculation. J’en ai marre d’être vue mais en même temps j’aime bien qu’on me regarde. Quand il fait chaud je ne montre pas mes jambes pour les faire bander mais pour me sentir belle, sauf que je les fais bander, et après ça devient mon problème! Je suis à l’origine de tout et tout revient à moi, cycle naturel en fait; par contre c’est moi qu’on finit par taper, donc. Ce que je peux être agaçante. Ce que je peux être belle. Quand je me mettrai à faire de la poésie, les mecs pourront aller s’épiler. Il y a toujours, toujours-toujours, une image de moi qui te fait saliver, ou pâlir. Je suis l’inévitable aboutissement d’une succession de problèmes insolubles dont j’ai contribué à l’existence. Mais je peux aussi être une simple pétasse qui se maquille mal; non que toutes les pétasses se maquillent mal, c’est juste pour donner un exemple. Quand j’aurai un enfant, toutes ces considérations si obsédantes sur mon avenir flotteront loin en-dessous de moi. Je pourrai pleinement me donner à la peur de vieillir.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Flux RSS