Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 19 avril 2007

19 avril 2007

Je m’échine souvent de nos jours à mesurer l’ampleur des désastres. C’est vrai qu’en me levant le matin je me sens un peu coincé entre une pollution industrielle au benzène et l’augmentation phénoménale de la consommation de mazout dans le monde. A cause des Chinois, je murmure dans un soupir légèrement soulagé. Je me balade avec une carotte de glace de l’Antartique pleine de bulles récentes de CO2 dans le cul. Je ne sais pas trop quoi faire avec tout cela alors la plupart du temps j’oublie. Mais dans ce bain de prise de conscience occidentale riche et aisée, ce bain dans lequel on a tout loisir de penser à l’avenir de notre planète et l’équilibre de l’écosystème, je profite souvent d’en parler. Discuter c’est important, c’est bien pour m’enfoncer ensuite sous mes duvets, satisfait de cette soirée pleine de bons mots, et oublier. J’ai déjà assez de problèmes familiaux. Sans parler du travail et des soucis quotidiens, je sais ce sont mes petits soucis, mais quand même. J’écoute souvent la radio, regarde encore beaucoup la télé mais de plus en plus fréquemment je vais sur Internet. Ce n’est donc pas que je sois bien informé, je suis trop informé. Et puisque on me met la tête dans la merde, je suis bien obligé pour survivre de la détourner. L’autre soir par exemple j’ai eu un choix à faire entre me plonger totalement dans une pièce de théâtre sur la violence urbaine et les tueurs en série, et une image horrible aperçue dans un magasine, de ces oies qu’on gave durant des mois avant Noël et qui vivent de longues souffrances pour qu’au moment opportun je puisse offrir du foie gras. Moderne dilemne de la culpabilité. Avec la Palestine et toutes les catastrophes normales. Et dire qu’on sort à peine de la mort de six millions de Juifs.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
19 avril 2007

David Ruzicka


Laisser un commentaire (1 Comment actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Flux RSS