Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 24 avril 2007

24 avril 2007

Je ne peux plus donner une forme d’importance à rien. Tous mes désirs, toutes mes pensées, tous mes élans sont tués. Je réside en-dehors de ce qui peut être dit. Et si je dis encore c’est par pur éclat, comme le résidu tournoyant vers son centre et sa finitude d’une pensée aspirée par son propre vide, si pesant. Le silence me comble et me tourmente. C’est lui que dans l’impossible repos j’appelle, souhaitant son infini et incapable de le contenir. Juste parce qu’il est plus lourd que moi, tout ce silence que je ne connais pas. Et si j’essaie dans ma prétention de le briser je me rends compte que je retombe doucement sur moi-même, comme si je n’avais rien fait alors que je suis presque mort. Pourtant, j’essaie juste de me satisfaire de mon existence. Mais en recherchant cette paix j’obtiens ma propre peine. Et encore de tournoyer au creux de mes envies d’exister, alors que je n’existe plus que pour moi, et c’est ce que j’ai voulu, et je m’affaisse sur le coussin imaginaire de la paix, parce que je sais que je l’ai trouvée, ne serait-ce que dans un moment d’innattention. Je survis par paresse de mourir, je survis dans le souvenir du regard de mes enfants, et aussitôt je m’évade, car ce regard lui-même n’est pas à moi; même si dans ma quête obsessionnelle d’exister je tente de tout m’approprier, ce regard m’échappe et me terrorise pendant que je lui souris.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
avril 2007
L M M J V S D
« Mar   Mai »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  
Flux RSS