Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 3 juillet La beauté du mensonge
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin

Archive pour le 26 juillet 2007

26 juillet 2007

Les femmes sont tellement belles. Elles traversent les foules et chacune pointe son nez d’un charme unique. Au-delà des hormones qui les observent, elles sont invraisemblables. Parce qu’elles sont capables de renverser la marche du monde, mais elles déambulent, pas à pas tellement liées à la terre mais en même temps tellement éthèriques, elles avancent dans leurs soucis humains en oubliant la marque phénomènale qu’elles ont laissé derrière elles. Les femmes sont tellement belles, chacune à sa manière, qu’il vaut mieux les laisser passer, les laisser traverser son regard, parce que de s’arrêter sur l’une serait déjà comme d’abandonner toutes les autres qui glissent ailleurs au-delà de la foule. Il a envie d’aimer. De les aimer chacune comme une pierre secrète qui se proménerait entre ses doigts, étincelante sans un regard et silencieuse, une bague comme un attachement et un attachement qui signifierait déjà de l’avoir perdue. En observant ces brillances qui s’accumulent comme un trésor innabordable il a levé les yeux vers les étoiles. Et là -bas flotte comme une infinie possibilité d’exister avec elles. Des étoiles, des femmes. Une utopie parfaite qui lui permet de les aimer en les oubliant. Parce qu’il y a ce côté demandant qui est si gênant. Ce rattachement au noyau millénaire qui n’en vaut pas la peine. Elles gambadent avec leurs chevilles si rassurantes, et ces jambes et ces fesses et ces dos soyeux qui sont là pour attirer dans le sens de la gravitation, mais il y a ce sentiment indicible et frustrant qui l’aspire vers le haut, vers elles mais sans elles, comme pour marquer son nom quelque part parmi elles mais sans elles: s’arracher à son désir d’être humain. Alors il en a fait des étoiles de scientifique, et quand il en découvre une parce que sa masse inopinémant la fait tournoyer trop vite autour de lui, il lui donne un nom comme S-To4-mo4. Et il tente autant que possible d’exister avec elle. Même si ça n’a aucune sorte d’importance et qu’elle en est juste une parmi d’autres, d’autres étincelles inassouvibles, il essaie de lui donner tout l’éclat de sa planète, dont il est fier et dont il a honte. Parce qu’un moment à donner tout vaut mieux que plein de moments à ne donner qu’un regard. Et la femme s’en va avec ses chevilles si libres se croisant rapidement vers un autre univers. Il n’a pas de regret. Tandis qu’il observe les étoiles.


Ce texte n’engage que son auteur et ne prétend en rien être exhaustif ou représentatif de quiconque. Il s’agit d’un instantané subjectif, d’une représentation parcellaire et momentanée, ayant pour but l’esquisse littéraire d’un personnage fictif autour d’une personne existante. En aucun cas ce texte n’a pour prétention ou objectif le viol de la vie privée ou la description unilatérale d’une personne existante. A considérer avec précautions, tel un tabloïde de seconde catégorie.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
juillet 2007
L M M J V S D
« Juin   Août »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Flux RSS