Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 15 mai La porte noire
:: 30 avril La spirale du coeur
:: 4 février Je ne sais pas où
:: 15 décembre Matière à faire
:: 16 novembre L’empreinte mystérieuse
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 15 mai | La porte noire
:: 30 avril | La spirale du coeur
:: 15 décembre | Matière à faire
:: 16 novembre | L’empreinte mystérieuse
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings

Archive pour le 5 juillet 2012

5 juillet 2012

Je réhausse le temps qu’ils passent
Je recherche l’instant ultime
Celui qui ne contient plus que moi
Et eux, et vous, en silence
Dans la nuit quand vous rêvez
Les lampadaires brûlent dans l’halo
Des putes crient mais il n’y a plus de chant
Pour remplir la nuit
Des voitures passent mais sans exister
Tous les tremblements sont étouffés
Et j’entends l’instant ultime
Quand ceux qui sont aimés
Deviennent tous ceux qui dorment
Et que ceux éveillés sont dans mon rêve
L’instant ultime où il n’y a plus rien
La nuit qui bascule dans le jour
Le jour qui murmure à la nuit
Et les idées sont froissées
Les coeurs pensent à l’amour et
L’amour, muet, pense à eux
Que tout soit tu
Dans ce silence qui dure parce qu’il n’y a rien
Plus rien que les autres qui dorment
Qui se lèveront bientôt, et moi qui les aime.


Laisser un commentaire (No Comments actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
juillet 2012
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Flux RSS