Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 26 octobre Corcovado
:: 25 octobre C’était sensé être
:: 24 octobre Le dernier des musées
:: 8 octobre Une étrange certitude
:: 12 septembre [Hommage] Dialogue d’elle-lui-elle
:: 11 septembre Sémantique urbaine
:: 7 septembre Nous allons mourir, mon amour
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
:: 29 décembre | La faiseuse de mondes
:: 6 décembre | REP Gérard Delaloye ou La solidité de l’Existance
8 juin 2018

Ton visage au creux de mes mains
Je le colle contre le mien
Tes yeux disparaissent dans ma bouche
Mes cils papillotent contre les tiens

C’est la nuit, sans tes reins

J’peux pas partir tu vois
Imbécile, je voulais m’enfuir
Mais j’ai l’esprit sans plus de voix
Quand tu danses contre moi

C’est le vide, sans tes mains

Tes bras, comme une liane
Fins et lisses, autour de moi
M’attirent vers tes hanches, miennes
J’veux que tu viennes

Maintenant, c’est le silence, sans fin

J’peux pas partir, contre toi
Tu dois m’aimer, sans moi
Je dois t’aimer, sans toi
J’étouffe doucement
Tes yeux vont m’oublier
Je suffoque tendrement
Ma bouche ne va plus te goûter

Et puis je ne suis plus d’accord
Avec ce temps entre toi et moi
Qui s’éteint trop tôt
Sans plus t’avoir tenu
Encore une fois
Juste une petite fois
Sans cet océan, ce temps immense
Ce temps qui n’en finit pas
Tu es loin déjà
Je ne te presserai plus contre moi
Et ma vie je ne sais plus,
Et toute ma vie je ne sais pas.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
juin 2018
L M M J V S D
« Fév   Août »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Flux RSS