Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 3 juillet La beauté du mensonge
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
21 juin 2019

La réalité est si subtile quand elle est mise dans la perspective de l’amour.
Comme j’aurais envie de partager ce que mes sens me donnent!
La chambre immaculée est une intuition juste: l’amour est par nature un lien virtuel.
Si elle était là, je ne ressentirais plus la même chose, je la verrais elle surtout, et le clapotis de la pluie sur le toit, et les montagnes qui s’effacent dans la brume, et le chant tranquille des oiseaux, et le souffle de l’air par la fenêtre, et tellement d’autres sensations, peut-être qu’elles seraient atténuées par sa présence.
Mais l’amour donne envie de tout partager: et c’est ce que je fais en ce moment en lui écrivant. Je crée un lien mais elle n’est pas là, dans ce présent, mais elle est là, dans ce présent. Son absence et sa présence en même temps: ne serait-ce pas l’amour?
Ressentir avec elle, malgré son absence: nous sommes une forme de vie capable de ressentir à travers le temps et l’espace, par ce qu’elle me donne et je lui donne.
Notre amour dans l’abstrait, c’est un amour juste, c’est un amour total, et l’absence physique de l’un et de l’autre n’y change rien, au contraire, cette absence le rend plus total, plus pur encore.

Et j’aimerais la presser un moment contre moi.
Comme je le fais maintenant.
Et l’instant d’après, elle peut glisser dans le vent.

L’amour n’est pas vrai. Il est au-delà de ce qui est vrai.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
juin 2019
L M M J V S D
« Mai   Juil »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Flux RSS