Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 3 juillet La beauté du mensonge
:: 21 juin Au-delà de l’amour
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
31 août 2019

6:30 petit matin 170 km/h
Balenciaga aux pieds appuie sur les gaz
Lunettes Persol pliables Steve McQueen
Chemise blanche cintrée Gran Sasso
Pantalon moulant Lacoste 180 km/h

Soleil levant devant mains agrippées,
Silhouettes des montagnes, autoroute
Défilant, les autres voitures n’avancent plus,
Immobiles à 100 km/h, 200 km/h
Nina Simone chante rue hurle

Le temps s’étale, s’ouvre en pétales
S’émerveille dans tous les sens
La route glisse disparaît
La direction je la connais
L’envie d’elle je la connais

Paysage qui disparaît, le temps
Des autres aussi, le temps s’étale
Partout autour des Balenciaga
Des Persol, de Gran Sasso, de Lacoste
Autour de Nina Simone, je le dépasse

Au bout de la route qui
N’a plus de bout, du tout
Le temps grince, le temps s’efface
Les traits blancs deviennent des lignes
Les virages, les paysages, fondent, 230 km/h

Le temps s’étale, s’ouvre en pétales
S’émerveille dans tous les sens
La route glisse disparaît
La direction n’a plus de sens
L’envie d’elle je la reconnais

Suce l’esprit, la vitesse dépasse
Le temps des autres immobiles
Le temps le mien qui se compresse
Maintenant je sais, je peux l’attraper 
Elle apparaît, assise à mes côtés

Le temps n’est plus, brisé, l’espace
Entre nous doucement s’efface
Lentement elle se dresse
Glisse sa main sur mon bras
Comment puis-je attendre encore autant? 250 km/h

Le temps s’étale, s’ouvre en pétales
S’émerveille dans tous les sens
La route glisse disparaît
La direction explose, l’atteindre
Elle est là quand j’ose, 270 km/h

La rejoindre, sans temps, lâcher le volant.
Sur Gran Sasso, sans temps, du sang.


Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
août 2019
L M M J V S D
« Juil   Sep »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Flux RSS