Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 8 juillet Câlins
:: 4 juillet Dans mon âme
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

Archive pour le 21 décembre 2019

21 décembre 2019

Nous étions dans notre dernière forêt
Le long des rives du lac
Nous marchions sous les frondaisons
Des taches de soleil éparses
Marquaient la Terre
Autour de nos pieds nus

Je te ramenais quelque part
Et je voulais t’embrasser
Mais tu ne voulais plus trop
J’ai dit ton prénom comme pour te rapprocher
Tu t’es énervée: ne m’appelle plus comme ça
As-tu insisté, tu as dit: Appelle-moi maintenant Tara

Nous sommes arrivés non loin d’une terrasse de café
Cachés sous les branches nous murmurions
Tu devais y aller et il était là-bas assis
A t’attendre je crois, et tu es partie, je crois
Je revenais seul dans les bois
Entourés des gens faisant la guerre ou un sport violent

Le chemin était pénible et se perdait
Et je détestais ce nouveau prénom: Tara
Je répétais: Tara, Tara, mais pourquoi Tara?
Et la nuit pluvieuse m’a entouré
Une hirondelle chantait dans la nuit hivernale
Ou était-ce un nouveau matin?

Je suis allé voir ce que signifiait Tara.

Nos mains étaient proches autour de la petite table
Dans le brouhaha du café
Nos yeux s’évitaient, lourds et lents
Cette petite table plus vaste qu’un Océan
Autour de nos mains perdues, solitaires
Il s’est arrêté finalement, le temps
Le temps s’arrête parfois vraiment, tu vois
Tara.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
décembre 2019
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Flux RSS