Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
26 février 2020

Je marche dans ce monde comme je peux
Je m’invente à nouveau à chaque pas
J’agis comme je dois et comme je crois
A rien je ne m’arrête
A rien je ne m’arrête
J’écoute les douleurs, je pleure des chansons
Du crépuscule jusqu’à l’aube des heures
Je voyage de la nuit au jour
Qui va me bercer maintenant?
Maintenant, maintenant que je ne sens rien
Et ne dis plus rien

Je fais semblant, comme si rien n’était
Je ne suis plus rien
Et sur ton corps je fête lentement
Laisse-moi s’il te plaît
Laisse-moi
Tout est faux
Laisse-moi

Jusqu’au matin, je voyage
Qui, bientôt, va te vouloir?
Tu n’en sais rien, bien sûr
Bien sûr
Bien sûr
Et dans le temps qui vient
Sans le vouloir…

Je fais semblant, comme si rien n’était
Je ne suis plus rien
Et sur ton corps je fête
Lentement, lentement
Je voyage.

Librement traduit de Luedji Luna (Luedji Gomes Santa Rita), Acalanto, avec l’aide de steph8866: https://lyricstranslate.com/fr/translator/steph8866



Version imprimable de cette page

(Aucun commentaire actuellement)

:

:

:

:

Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
février 2020
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
242526272829  
Flux RSS