Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 17 septembre La vie est vaste
:: 7 septembre Arta
:: 22 août Dans les saveurs qui s’en vont doucement
:: 21 juillet Yeux en feu
:: 6 juin Le désert
:: 1 avril La géométrie de l'habitat
:: 22 mars Le bus romain
:: 26 février Le guide de haute montagne
:: 3 février Chrysalide
:: 15 décembre Mécanismes en place
:: 10 décembre Rencontre-bis
:: 5 décembre Il est temps de vivre ses émotions
:: 26 novembre Je ne savais plus
:: 17 novembre Les yeux des autres
:: 30 octobre Archivages
:: 20 octobre Séance MS-Project
:: 19 octobre Séance plannings
:: 9 octobre Avec M.
:: 6 septembre Le temps ne nous aide pas
:: 28 août Le vent de panique
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 21 juillet | Yeux en feu
:: 3 février | Chrysalide
:: 15 décembre | Mécanismes en place
:: 10 décembre | Rencontre-bis
:: 5 décembre | Il est temps de vivre ses émotions
:: 17 novembre | Les yeux des autres
:: 30 octobre | Archivages
:: 20 octobre | Séance MS-Project
:: 19 octobre | Séance plannings
:: 9 octobre | Avec M.
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage

Archive pour août 2021

22 août 2021

Les saveurs s’en vont doucement
Son caddy roule en-bas de la rue
Elle court derrière en hurlant
Ses lunettes de soleil tombent
En chemin elle remonte sa jupe
Se baisse et retire ses talons
Pieds nus elle hurle derrière le caddy
Le soleil d’été avoisine la tendresse
Jetant les ombres des feuillages
Sur la rue du Valentin qui pousse
Dans sa pente le caddy joyeux

Sa jupe trop courte met des fentes dans le soleil
Et je pense : là une histoire se raconte
Dans l’été couchant et le caddy roulant
Elle hurlant et trébuchant
Le caddy arrive sur moi et je l’arrête
Les regards ahuris des passants qui existent quelque part
Les saveurs dans son caddy qui existent quelque part
Et moi et elle qui s’arrêtons
Sur le paquet de tampons et ses victuailles

Elle me dit: j’ai perdu mes lunettes
Et mes chaussures sont là-bas
A l’ombre des feuillages d’été
De la triste rue du Valentin
Je t’ai aimée pieds nus et essoufflée
Magali, tu m’as soufflé
David, ai-je chuchoté
Tu as caché les tampons sous les oeufs
Nous avons ramassé tes lunettes
Et sautillant tu as remis tes talons
Le caddy poussé ensemble dans la pente
Riant de l’été et de l’amour
Déjà là. Toujours là; dans les saveurs qui s’en vont doucement.

Toujours là, dans le rêve
Comme si, sur la rue du Valentin.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
août 2021
L M M J V S D
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Flux RSS