Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 21 juin Un jour d'été
:: 8 juin Avant de s’endormir
:: 19 mai La famille
:: 18 mai La dent de la Nuit
:: 3 mai La distance
:: 1 mai Dans le temps
:: 15 avril Dans la solitude qui n'existe pas
:: 1 avril Comme si rien
:: 28 mars L'Ange Virus
:: 9 mars La bite molle
:: 8 mars Seule et bien
:: 28 février Ne pas être à la recherche
:: 26 février Se bercer
:: 15 février Mes caresses
:: 7 février Jouissant
:: 4 février Comme le bonheur
:: 31 janvier Jeudi soir
:: 21 janvier Bestiaire magaliesque
:: 19 janvier Le dernier dimanche
:: 15 janvier sable
:: 24 décembre des lèvres de noël
:: 21 décembre Tara
:: 18 décembre Dans l’obscur corridor des totalités
:: 12 décembre Un ruisseau de ressemblances
:: 20 novembre tout était immédiatement possible
:: 26 octobre Dialogue autour d’une feuille
:: 11 octobre Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre Impossibles calculs
:: 30 septembre Projet Lima
:: 28 septembre Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 10 septembre Nul ne sait nul n’a vu
:: 31 août Taches rouges sur Gran Sasso
:: 15 août Mowgli
:: 11 août Etoiles d’enfants
:: 5 août Sous les pinèdes
:: 11 octobre | Esprit d’automne en flammes
:: 7 octobre | Impossibles calculs
:: 28 septembre | Silvina Simao Valente et Marc au Beau-Rivage
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant

15 août 2009

Je traverse une crise d’angoisse massive dans le train. Je crois que c’est lié à mon agression d’avant-hier soir. Ça bouscule l’image que j’ai de moi-même. Je réalise à quel point mon propre rapport à la société est violent, secoué, inconsistant.
Ça doit paraître évident vu de l’extérieur: ce côté extrême, voir menaçant. Mais je sais que cela ne doit pas être une explication pour ce qui s’est passé. Rien en moi ne justifie cette agression.
Tout au plus je l’utilise pour réveiller ce qui est endormi.
L’angoisse est survenue après que j’aie pensé à mes qualités potentielles de directeur artistique dans une agence web.
Je m’étais présenté à moi-même en quelque sorte. Et j’ai été surpris à quel point j’aurais toutes les qualités requises pour ce rôle. A quel point je vaux cela, simplement. Sans fierté, sans ce rapport de fierté, d’honneur et de guerre que je mets dans ma tête à chaque fois que je me vois dans la société.
Je n’ai pas besoin de me battre pour avoir cette valeur: je l’ai, tout simplement.
Je ne me suis pas battu contre cet idiot qui m’a sauté dessus, parce que je le vaux déjà.
Ce sont des choses que je sais. Mais ce matin dans le train je l’ai senti, comme dans sentir dans ses tripes. Et ça fait une grande différence.
Quelques heures avant cette agression j’avais appelé une agence web de la place genevoise pour me proposer éventuellement comme DA: alors non, dans ce sens tout ce qui s’est passé après n’a rien à voir avec le hasard.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Commentaires récents
Calendrier des publications
août 2020
L M M J V S D
« Juin    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  
Flux RSS