Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 13 juin Justice?
:: 4 juin Je te condamne à l’amour
:: 2 juin Va t’en
:: 28 mai 2019 etc
:: 26 mai Summerhill
:: 25 mai L’envol
:: 10 mai Mange-moi lentement
:: 24 avril Jenny de Oldstones
:: 19 avril Le couple de Schrödinger
:: 5 avril mon coeur bat pour voir
:: 29 mars Délicatement
:: 28 mars Elle ici
:: 18 mars Chère inconnue
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 26 octobre Corcovado
:: 13 juin | Justice?
:: 25 mai | L’envol
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
4 juin 2019

A l’orée de la forêt douce
Tu avances dans l’ombre
Sous les couronnes sans solution
Des arbres qui ont laissé les mystères
Caresse les racines sans questions
Et la fraîcheur t’emballe, tu erres
Dans la lumière, sans retour
Dans la forêt douce, sans questions,
Où je te condamne à l’amour.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
2 juin 2019

Je ne veux plus du vent dans les arbres
De la mer noire dans la nuit à l’horizon
C’est quoi au fait le vent la mer noire l’horizon ?
Ils sont là tous à exister le vent le ciel les arbres la mer
Le vent dans les arbres le ciel avec ses étoiles
Je ne peux plus comprendre

Un moment j’étais là j’étais bien
Je m’en foutais des étoiles du vent de la mer
Et c’est là en fait que tout me revient dessus
Mais je n’ai pas besoin de ça je croyais
Et puis ça revient et je dois faire la police
La police avec mon âme pour avancer

Avancer où me demandent les arbres dans le vent
Putain j’en sais rien moi où avancer
Tout ça n’a aucun sens tu vois
Dieu, l’amour, la science, le hasard, blablabla
Quand j’aime elle n’est même pas là
Alors à quoi bon être là moi-même ?

Ça avance ça suit toujours les jours se respectent
Entre eux c’est toujours les mêmes conneries qui répètent
Et moi on me dit que je dois vouloir entre eux
Comme si j’avais une aiguille à tisser la réalité
Merci tu fais chier avec tes métaphores

La tête la gueule dans le corps
J’obéis aux ordres pour tuer tout ce qui dépasse
J’en ai marre des horizons tristes
Des histoires qui recommencent quand elles sont déjà finies
J’erre la joue contre la route je traîne et je saigne

On m’a retrouvé ailleurs, dans un lieu où ils ne sont pas
Où la mer le vent les arbres ne pensent plus à toi
Où tu ne penses plus à moi
Libre de crever sans métaphore.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
10 mai 2019
Poème écrit à la main dont le titre est Mange-moi lentement, par David Ruzicka

Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
24 avril 2019

Haut entre les murs d’où les rois sont partis
Elle dansait avec leurs fantômes
Ceux qu’elle avait perdu et ceux qu’elle avait trouvé
Et ceux qui l’avaient aimé le plus
Ceux qui étaient partis depuis si longtemps
Qu’elle ne se rappelait plus leurs noms

Ils la faisaient tournoyer contre l’ancienne pierre humide
Tournoyant loin toute sa tristesse et sa peine
Et elle ne voulait plus jamais partir, plus jamais partir, plus jamais partir

Ils dansèrent tout le jour
Et jusque dans la nuit à travers la neige qui se glissait dans le hall
Depuis l’hiver jusqu’en été et dans l’hiver encore
Jusqu’aux murs qui s’effritent et croulent

Et elle ne voulait plus jamais partir, plus jamais partir, plus jamais partir, plus jamais partir
Et elle ne voulait plus jamais partir, plus jamais partir, plus jamais partir, plus jamais partir

Traduction française de Jenny of Oldstones, Game of Thrones


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
19 avril 2019

Je te quitte
C’est fini
C’est fini entre nous
Je ne veux plus rien entendre de toi
Tout est fini
Laisse-moi vivre en paix
Va-t-en
Bla bla bla
Bla bla

Etes-vous allés au-delà de la rupture?…
Vous visitez ce paysage quantique où, comme avec le chat de Schrödinger, vous existez ensemble et en même temps vous n’existez pas.
Etes-vous le couple de Schrödinger?
Le premier amour quantique, dont l’état ne peut être observé que lorsque nous sommes l’un en face de l’autre? Et pour lequel de dire « être ensemble » ou « ne pas être ensemble » n’a pas de sens: ils sont ni l’un ni l’autre ou les deux en même temps.
Je promène ma main au-dessus des herbes de cette prairie où elle se tenait hier soir. Je flotte pendant qu’elle dort, sur la plaine obscure du Cerrado. Et doucement j’enveloppe son âme.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
5 avril 2019

Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
29 mars 2019

Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
28 mars 2019

Quelle faille
Surgit, soudaine, dans la chair
Quelle fente
S’écarte, soudaine, dans la chair

Un temps
Pour ce qui ne peut plus
Un espace
Pour ce qui ne peut pas vivre

J’échappe, inspire
Où tu es là
Je m’enfuis, respire
Quand tu n’es plus

Il n’y a plus de limite
Elle l’efface dans un flou
L’absence vomit
Moi qui vis

Tu continues
Là où je m’arrête
Quand tout reflue
La vie s’entête

J’écarte ses jambes
Et le temps avec
Je marque un vide
Et la vie est bonne

Dans une tendresse amie
J’ai envie de vie
Et j’oublie
Comme c’est bon avec elle!
J’oublie l’autre vie

Toi qui est ailleurs
M’envoie une autre heure
Elle ici, dans la lenteur
Caresse le bonheur.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
18 mars 2019

Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
14 mars 2019

A la surface
magnétique
de la réalité
Des particules sinuent
doucement
Quand j’attrape
ton temps
Elles s’élèvent au-dessus
de tout
Une couverture tissée d’anges irréels
et vrais
Et je t’attire à moi
d’un simple message.

Je t’enlace de mes bras
comme un souffle
Et les particules glissent
entre tes jambes
Effleurent ta nuque
dans un frisson
Électrique, quand j’attrape
ton temps
Elles s’élèvent au-dessus
de tout
Et je t’attire à moi
d’un simple message.

J’ai un pouvoir
immense
qui dépasse l’entendement
Ce pouvoir de te sentir

dans l’électronique
Réalité, qui se glisse
entre nos corps
Pouvoir que tu
me donnes
Car je peux te sentir et te voir
me sourire
Ta magie magnétique
qui tend mon corps
vers toi
Particules fines
intemporelles
glissant entre nous
Notre peau, la surface
magnétique
de la réalité
Nous unissant
comme des aimants.
Quand j’attrape ton temps,
tu es là
Qui s’élève au-dessus
de tout
Sans artifice ni métaphore,
Juste là.
D’un simple message.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
27 janvier 2019

J‘avais jamais vu de nuit aussi calme, hey
J’la regarde enchaîner les cigarettes, hey
Ses larmes coulent en silence, on entend toujours les cigales
On se blesserait même avec zéro mot
Pourtant aucun mur sur cette terre
Ne pourrait étouffer le cri de nos phéromones
On risque pas de tenir longtemps
Tu m‘as même comparé à Lucifer
Maintenant tu bois et tu veux bien de moi
Nan mais j’hallucine hein
Je sais déjà c’que la distance entraîne
Soit c‘est la guerre pendant dix ans sans trêve
Soit je la quitte en lui disant

Garde le sourire, plus rien n’est grave
Tant qu‘il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne
Nos deux corps pourraient mourir, j’ai déjà fait le deuil
Maintenant pars loin de moi, une larme cachée dans l‘œil

Notre histoire n‘aurait jamais pu f‌inir dans le calme et la tendresse
Je te déteste comme cette phrase qui dit :
« C‘était trop beau pour être vrai »
Je n‘avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m‘ef‌fraient
Je te déteste comme cette phrase qui dit :
« C‘était trop beau pour être vrai »

Bébé serre-moi fort que j’oublie qu’c‘est le chaos
Autour c’est le chaos
Regarde nous le destin a pas honte, les dieux ont pas honte
J‘ai tout foiré cette année, c‘est toujours en chantier
Est-c’qu’on peut revenir en janvier ?
Son regard me traverse le corps comme une longue aiguille
On dirait bien qu‘on est cuits
Nous deux dans la même voiture on fonce vers la mort
On s’déteste tellement qu’on refait l‘amour
Parce que c‘est comme de la drogue, on a d’quoi planer
Sur son dos mon torse fait de l‘aquaplaning
Le problème, c‘est qu’ça m’rappelle pourquoi je l‘aime
Je revois le début, les premières semaines
On pourrait repartir à zéro
Et prendre le premier avion comme dans un f‌ilm de merde
Mais c’est du délire

Garde le sourire plus rien n’est grave
Tant qu‘il nous reste une seconde de souvenir dans le crâne
Nos deux corps pourraient mourir, j’ai déjà fait le deuil
Maintenant, pars loin de moi, une larme cachée dans l‘oeil

Notre histoire n‘aurait jamais pu f‌inir dans le calme et la tendresse
Je te déteste comme cette phrase qui dit :
« C‘était trop beau pour être vrai »
Je n‘avouerai jamais que certaines de mes propres émotions m‘ef‌fraient
Je te déteste comme cette phrase qui dit :
« C‘était trop beau pour être vrai »

Lomepal, « Trop beau », 2018


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
20 janvier 2019

[…] Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides,
Va te purifier dans l’air supérieur,
Et bois, comme une pure et divine liqueur,
Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les vastes chagrins
Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,
Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse
S’élancer vers les champs lumineux et sereins; 

Celui dont les pensées, comme des alouettes,
Vers les cieux le matin prennent un libre essor,
– Qui plane sur la vie, et comprend sans effort
Le langage des fleurs et des choses muettes!

Élévation, Charles Baudelaire,1857


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
12 janvier 2019


Poème en prose de septembre 2018

Tout est blanc.
Une chambre d’hôtel qui est blanche et vide.
Les murs sont blancs, le sol est cousu d’un tissu mat et clair, les meubles existent à peine. Ils sont autour du lit, des tables de nuit accrochées aux murs, blanches. La seule autre pièce est la salle de bain, blanche, qui s’ouvre derrière une porte coulissante, blanche. Une armoire se
dessine dans un mur par les ombres de ses battants.
La baie vitrée occupe tout un mur mais derrière on ne distingue rien parce que le ciel est blanc et que les rideaux diffusent cette blancheur dans la pièce.
On pourrait croire à la liberté, derrière cette baie, mais l’espace dehors est un prolongement flou de l’espace intérieur, et il n’amène rien de plus, que cette lumière pâle confortant la blancheur de la pièce.
Le lit est fait, ses draps sont blancs, tendus, parfaite ombre sur le sol cousu.

Elle est nue.
Il est nu.
Que regarde-t-elle ? Que regarde-t-il ? On ne sait pas.
Pas vraiment.
Ils se regardent peut-être. C’est un lien qui est là entre eux, dans le vide de l’air blanc. Mais ce n’est pas sûr. Ils pourraient être ailleurs. Ils pourraient ne rien ressentir de ce lieu. Ils pourraient ne pas se connaître, et pourtant au coeur de cette blancheur, ils se reconnaissent.

Comment ?
Parce qu’il n’y a rien.
Et qu’ils sont tout.
Pourquoi ?
Ils sont leur lien.

Elle a envie de sourire. Il hésite.
Elle est belle.
Trop belle, ici.
Y a-t-il autre chose que sa beauté ?
La lumière blanche est tellement brutale, ici. Une cloche sonne au loin. Annonçant une heure qui n’existe pas.
Il veut lui donner quelque chose.
Lui, il existe, mais il se sent sans importance. Artefact abstrait. Ajout inutile. Sa propre nudité dans la chambre immaculée lui paraît insultante, parce que tout est parfait, ici, et qu’elle irradie cette perfection simple. Blanche. Vierge.
Lui, il est un ajout. Indispensable, mais futile.

Alors elle s’avance vers lui et tend un bras.
Elle le traverse.
Dans la transition de leurs corps qui se pénètrent, un léger éclat électrique, une lueur bleutée, elle passe à travers lui, et sur le mur blanc face au lit des mots apparaissent.

Je t’aime.

Lettres noires.
Il n’y a rien d’autre que ces lettres noire inscrites d’une écriture fine et légère, maîtrisée et tranquille. Je t’aime.
Alors pourquoi a-t-il envie d’hurler ?

Il se retourne et lui attrape la main.
Autre éclat électrique qui fait trembler toute l’image.
Elle semble vaciller. Sous le choc.
Il murmure : mise à jour, je vous en supplie.
Mais l’éclat est maximal. Rien ne peut changer. Tout est figé.
Des lettres apparaissent sur un autre mur : rencontre.

Elle s’appuie sur le matelas, puis s’assied.
Ses seins pendent dans cette posture.
Il pense qu’elle vieillit.
Il pense que tout vieillit.
Tentant de l’effleurer encore, par l’épaule : sur le mur un autre mot apparaît, imprimé là, lettres noires, brillantes, fraîches : temps.

Il se sent épuisé.
Il aurait envie d’être ailleurs, mais aussi il ne peut pas s’imaginer être ailleurs que dans cette pièce.
Partir, c’est disparaître.
Est-ce mourir ? Non : c’est pire, c’est ne plus vivre.

Sur un autre mur : vivre. Le mot suinte et resplendit, net, vibrant telle une impression qui viendrait de l’intérieur, de l’intérieur d’un mur.

Elle cherche quelque chose, un appui plus ferme.
Une réalité.
Rien ici ne lui donne de l’être.
Elle suit une autre, et pourtant c’est elle.
Elle aimerait… Qu’aimerait-elle ?
Le toucher. Le toucher juste une fois, juste un peu.

Au plafond : toucher apparaît.

Il passe devant elle, lentement, se dirigeant vers la baie illuminée et matte.
Il sent déjà que cette tendresse qui les lie n’est ici qu’un artefact.
Un message spirituel dans un air tremblant de chair.

Sur un mur : artefact.

Les murs sont leurs peaux. Leurs pensées, des tatouages.
Il écarte le voile des rideaux : dehors il neige.
Il neige dans le brouillard.
Et maintenant, il commence à bander.

Elle aurait besoin d’un vent.
D’une plante verte, ou d’un légume.
N’importe quoi de vivant.
Du soleil. Des fraises. De l’alcool.
Une drogue.
Elle regarde ses mains qui tremblent légèrement.
Elle voit son sexe qui se tend doucement.
Il est sa drogue. Son échappatoire. Elle veut le manger.
Avaler son être et être en lui, pousser en lui, grandir, l’envahir.
Être en lui, être lui.

Être elle.
Il se tourne vers elle. Son sexe est à la hauteur de sa bouche.
Elle l’attrape, il le lui donne.
Mais l’éclat électrique violent remplace leur désir.

Sur le mur, sous je t’aime : toi, moi.

Il recule.
Elle se laisse aller en arrière sur le lit.
Son corps resplendit dans la blancheur des draps tendus.
Elle étire ses bras, elle se sent lascive, en manque.
Lui, une envie de vomir lui noue la gorge.

Le mur : solitude s’inscrit.

Il constate avec dégoût et délectation qu’il peut attraper son propre membre.
Voyant cela, elle met la main entre ses jambes.
L’amour ne peut rien faire d’autre que de suivre l’élan donné.
Il recule, car son sperme n’a plus aucun sens ici.
Il la voit se tendre et respirer plus fort.
Elle jouit vite.
Elle jouit seule.
Car lui, il n’est pas là : il se sent mourir.

Au plafond : mort en lettres noires.

Jouissance noire, jouissance morte, jouissance seule.
Elle se redresse lentement, souriant, vaguement.
L’ordre dans ses idées reprend le dessus : il faut détruire.
Au-delà du désir : l’achèvement et la reconstruction.
Se tendant brusquement, elle le toise, souriante mais dure.
Peut-elle parler ?
Oui, mais non.

Chaque mot s’inscrit.
Il n’y a pas de douceur, ni de flux aléatoire, de la parole.
Tout est écrit, brut, immédiat, électrique. Sur le mur.
Elle a peur de parler. Mais en même temps, c’est un pouvoir.
Pouvoir tout dire.
Parler, ici, c’est déclamer un discours devant le monde pour toujours.
« Tu m’aimes ? », sur un mur.

Tout de suite, cette question après la jouissance lui paraît ridicule.

« Oui. »
Il voit le oui près de lui sur le mur près de Tu m’aimes, mot tremblant dans l’encre noire fraîche. Il ajoute :
« Cette chambre est notre amour. »
« Pourquoi tu ne jouis pas ? »
« Parce que cette chambre est notre amour. »
Il se sent piégé.
Comprenant maintenant que cette chambre est sa chambre.
Que ce lien est cette étrangère, qu’il connait en tout.
Qu’il invite dans cette chambre, dont il ne connait presque rien.
Que cette chambre existe enfin, grâce à ce lien.
Qu’il existe enfin, grâce à elle.
« J’attends que tu m’apprennes à être moi-même. »
Elle s’avance un peu vers lui, incertaine, mais tranquille.
Sa nudité intouchable, soudain elle la sent investie d’une force, ici.
« Tu m’as invitée ? »
Il se sent vide, démuni, il comprend que dans cette pièce vide elle est l’ombre pure marquant la limite entre lui et l’autre.
Son corps nu devant lui est la pureté.
La pureté est ce qui le détache du monde.
Ce qui le détache du monde, c’est le reste de lui.
Et quand il ne reste rien entre l’ombre et la lumière, c’est juste…
« Moi »
Qui s’inscrit sur le mur.
Qu’elle est la seule autre à entrer en lui.
« Je ne jouis pas. Je me sens violé. Et déjà, c’est bon, incroyablement bon. »
« Tu mens », répond-elle.

« Elle a raison », pense-t-il, mais déjà ses mots sont inscrits sur le mur nu de la chambre.
« Tu ne me cherches pas moi. »
Elle regarde autour d’elle et voit cette chambre.
Elle sent le vide.
Elle sent cette inassouvissable absence.
Cette absence lui appartient-elle ? Non.
Personne ne peut remplir ce vide.
« Je cherche l’impossible moi. »
Ces mots se sont mis sous Je t’aime.
Ils brillent, limpides.
« Tu n’aimes que parce que je t’en approche plus que Tout. »

Terrassé, il vacille. Il sait que c’est faux, il sait que c’est vrai.
Il ne m’aime rien de plus qu’elle.
Deux points se dessinent en travers des murs et une droite infâme relie Je à Tu.

Tout est paisible dans la pièce.
La blancheur, sinon les mots s’inscrivant, est tranquille.
Un soleil mort et parfait illumine une chambre vierge.
Il neige dehors, d’une neige absente, d’un temps sans essence.
Des êtres de vie auraient envie d’y exister, sans succès.
Il n’y a ici que l’essence de la vie, donc la mort qui la tend,
Vers le vide.

L’amour est cette blancheur mortelle que marquent les ombres rares de la pièce.
Et leurs corps ? Que sont leurs corps si ce n’est des loups solitaires aux abois ?
L’absence est évidente. Le manque est évident. L’impossible réunion est évidente.
La chambre immaculée brille de toutes ces évidences.
Elle est moi. Et moi ? J’erre dans le brouillard dont tous savent tout : l’inconnu.
Se dit-il, en l’approchant, près des yeux.
Car ses yeux, il n’a pas besoin de les toucher, il peut les voir.
« Voir » s’inscrit sur un mur.

Il se penche vers elle, car accomplie elle s’est rassise sur le lit.
Il se penche sans amour :
« Tu n’es rien sans moi. »
Et elle sait alors qu’elle ne possède qu’une réponse ici, pour survivre :
« Je ne suis rien sans toi. Et tu n’es rien sans moi. »

Cette pièce, c’est lui, et il l’a invitée, et c’est eux.
Maintenant, tous leurs mots d’amour, et d’envie, et d’absence, et de doute, et de rêves, et de haine s’inscrivent sur les murs.
Nus, ils n’arrivent plus à l’être…
Tout doit paraître.
Et c’est moche.
Et c’est beau, parce que c’est tout.
Tout est beau et moche aussi.
Les murs ne sont jamais rassasiés de tout ce qui s’y inscrit.
Leurs vies en marquent toute la blancheur.
Leurs vies sont la marque des terreurs et des beautés.

Que reste-t-il de blanc dans la pièce ?
Même leurs corps sont tatoués de rêves et de vexations.
Leurs idées sont vidées de tout ce qui ne les a pas entouré.
Et dans cette frénésie d’hiéroglyphes ne subsiste qu’un vide :
Toi

Je suis toi effacé dans la pièce immaculée.
Je suis toi se levant dans la frénésie des mots de ma vie.
Je suis toi nue de tout ce qui m’a attaché.
Je suis toi parce que ça n’a pas de sens d’être moi au-delà de toi.
Je suis moi, enfin, parce que je suis cette pièce immaculée, en toi.

Il hurle : mise à jour, maintenant !
Et alors, à sa surprise, il n’est plus qu’elle.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
juin 2019
L M M J V S D
« Mai    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Flux RSS