Littérature suisse
Dessins suissesadmin
:: 14 mars D’un simple message
:: 4 mars Mazot japonais
:: 17 février La forêt sombre
:: 9 février L’oeil retiré
:: 27 janvier Trop beau
:: 20 janvier Élévation
:: 12 janvier La chambre immaculée
:: 7 janvier Jamais maudite
:: 6 janvier Tube infuseur de vie
:: 4 janvier La merveilleuse impossibilité de se détacher
:: 3 janvier Le Peuple mort
:: 29 décembre Il respire lentement
:: 25 décembre La Fleur de Nuit
:: 21 décembre Aimer tellement
:: 2 décembre Alto Paraiso
:: 30 novembre Je ne crois pas en lui
:: 21 novembre Aime-les tous
:: 19 novembre Les fils électriques
:: 18 novembre Effusion lente
:: 28 octobre Bang bang, mon amour m’a descendue
:: 27 octobre Le bateau coule
:: 26 octobre Corcovado
:: 25 octobre C’était sensé être
:: 24 octobre Le dernier des musées
:: 8 octobre Une étrange certitude
:: 12 septembre [Hommage] Dialogue d’elle-lui-elle
:: 11 septembre Sémantique urbaine
:: 7 septembre Nous allons mourir, mon amour
:: 6 septembre Quand le vent froid soufflera
:: 3 septembre Architecture réalisée : bureaux en mailles métalliques à Crissier
:: 2 septembre D’amour, de mères et de femmes
:: 1 septembre L’instant précis
:: 31 août Déréliction IV
:: 25 juin Où vas-tu, à Vinicius
:: 24 juin Quand elle dort
:: 4 mars | Mazot japonais
:: 17 février | La forêt sombre
:: 9 février | L’oeil retiré
:: 6 janvier | Tube infuseur de vie
:: 18 novembre | Effusion lente
:: 24 octobre | Le dernier des musées
:: 11 septembre | Sémantique urbaine
:: 21 juin | L’été flamboyant
:: 24 décembre | Neige et solitude
:: 22 décembre | Morte Neige Reine
:: 2 janvier | Grand Chalet Leysin
:: 29 décembre | La faiseuse de mondes
:: 6 décembre | REP Gérard Delaloye ou La solidité de l’Existance

Archive pour le 12 septembre 2018

12 septembre 2018

Elle
– Si tu étais à moi, nu tu le serais déjà, et ce même regard lascif qu’autrefois tu contenais, maintenant voudrait chaque trace cachée sous ton dessin.
Si tu étais à moi, mon corps ne serait plus à moi que pris par le tien, dansant dans une douce mélodie.
Si nous étions faits de poèmes, nous serions un sonnet avec une âme corrompue et même si nous perdions la rime, nous danserions toujours la parfaite métrique.
Si tu étais à moi, nous ne serions pas un, nous serions tous, tous les coins, rues et villes parcourus sur notre route-peau. Un chemin sans retour, jusqu’à être perdus.

Lui
– Et toi, si tu étais à moi, tu n’aurais même pas besoin d’être nue, mon imagination t’aurait créée avec une telle perfection que même sous sa forme la plus perverse, si elle existait, tu serais belle.
Si tu étais à moi, je te danserais en conjuguant en toi tous les temps de ce verbe. Apprenant ton rythme, comprenant tes arrangements, recombinant tes accords, faisant de toi ma symphonie et j’accepterais volontiers mon destin de te danser tous les jours.
Si tu étais à moi, même d’un sonnet je n’aurais pas besoin, un seul vers suffirait pour en faire le plus beau texte. Inlassablement je te lirais, lirais, lirais.

Elle
– Si tu étais à moi, je voudrais seulement d’un jour, ou même d’une nuit, pour te regarder et me voir. Pour t’embrasser et te sentir en moi. Et quand les battements de ton cœur se confonderaient aux miens, remercier l’Univers de me donner une telle chance de vivre ce qui doit sûrement me tuer, d’une mort de joie.

Lui
– Ah, si tu étais à moi, je te donnerai toutes mes heures… mon passé et mon avenir. Tu pourrais être la propriétaire de mon temps. Si tu étais à moi, je ne te laisserai plus mourir, je te donnerais ma vie et je serais content de la vivre en toi.

Elle et Lui
Mais tu n’es pas à moi
Moi je ne suis pas à toi.

 

Par A. , septembre 2018


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)  Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
septembre 2018
L M M J V S D
« Août   Oct »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
Flux RSS