35 poèmes, textes, dessins, extraits
Actualité littéraire admin
:: 20 juin Le lien
:: 16 juin La réalité
:: 15 juin Le départ de l’ange
:: 13 juin La lente disparition
:: 11 juin Dans l’orage
:: 8 juin Sur l’océan
:: 4 juin Pourquoi tu pleures?
:: 3 juin Danse!
:: 1 février La forêt
:: 7 janvier Le bistrot Il s’appelerait Marc
:: 24 décembre Neige et solitude
:: 22 décembre Morte Neige Reine
:: 2 janvier Grand Chalet Leysin
:: 29 décembre La faiseuse de mondes
:: 23 décembre Le clou
:: 20 décembre Quand on s’endort
:: 6 décembre REP Gérard Delaloye ou La solidité de l’Existance
:: 14 novembre Que dire de plus?
:: 30 septembre Rêve d’architecte
:: 10 août Celui qui n’en était pas un
:: 8 août Rêve d’architecte
:: 1 juillet La valse sans temps
:: 28 juin Tout est architecture
:: 24 juin L’antre des Gobelins
:: 24 mai L’écrabouillement des rêves
:: 10 mai Entre les mots
:: 8 avril Je suis las du chaos de leurs vies
:: 18 décembre Les amours passés
:: 21 novembre Laetitia, mode intérieur
:: 20 novembre Mirko, joie et tristesse
:: 14 novembre Un monde sans travail
:: 5 novembre A la fleur le long de mon chemin
:: 21 octobre La lumière ne vient plus du soleil
:: 6 septembre 1 mois et demi plus tard
:: 27 juillet Dans la même voiture
8 juin 2018

Ton visage au creux de mes mains
Je le colle contre le mien
Tes yeux disparaissent dans ma bouche
Mes cils papillotent contre les tiens

C’est la nuit, sans tes reins

J’peux pas partir tu vois
Imbécile, je voulais m’enfuir
Mais j’ai l’esprit sans plus de voix
Quand tu danses contre moi

C’est le vide, sans tes mains

Tes bras, comme une liane
Fins et lisses, autour de moi
M’attirent vers tes hanches, miennes
J’veux que tu viennes

Maintenant, c’est le silence, sans fin

J’peux pas partir, contre toi
Tu dois m’aimer, sans moi
Je dois t’aimer, sans toi
J’étouffe doucement
Tes yeux vont m’oublier
Je suffoque tendrement
Ma bouche ne va plus te goûter

Et puis je ne suis plus d’accord
Avec ce temps entre toi et moi
Qui s’éteint trop tôt
Sans plus t’avoir tenu
Encore une fois
Juste une petite fois
Sans cet océan, ce temps immense
Ce temps qui n’en finit pas
Tu es loin déjà
Je ne te presserai plus contre moi
Et ma vie je ne sais plus,
Et toute ma vie je ne sais pas.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)    Version imprimable de cette page
4 juin 2018

Pourquoi tu pleures?
Avec moi tu es là toujours
Et avec toi je suis tout
Pourquoi tu pleures?
Je suis partis mais tu sais
Tu sais bien que c’est l’amour
Pourquoi tu pleures?
Il fait beau, il fait chaud
Sous ce ciel qui est le tien
Moi dans tes arbres je m’effacerai
Pourquoi tu pleures?
Quand il y a la musique
Tournoie avec toi l’autre vie
Moi dans cette vie je pars
Pourquoi tu pleures?
Je pleurs doucement
Mais tu sais c’est pas grave
Je danserai avec toi
Même si tu n’es pas là
Même si je suis parti


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)    Version imprimable de cette page
3 juin 2018

Danse!
Samba, Bossa Nova
Des couleurs qui défont les ombres
Et tu danses bien sûr
Dans une nuit comme le jour
Dans un air de rien qui traverse tout

Danse!
Les courbes hurlent en silence
Un cri c’est un sourire
Et tu danses bien sûr
Ta musique, ton pays, tournent
Sous ce ciel aux couleurs sans fin

Danse!
Ton corps qui ondule sans cesse
Sur des plaines sans fin
Et tu danses bien sûr
Et tu ris bien sûr
Quand se déchaînent des envies et des murs

Danse!
L’hiver est tombé sur ma mémoire
Les arbres de ton pays sont loin et morts
Et tu danses bien sûr
Dans le vide de ce souvenir
De couleurs et d’infini


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)    Version imprimable de cette page
1 février 2018

Le vent frappe par saccades
Le champ ondule sous ses coups
Nu j’avance vers l’orée sombre
Où elle ploie comme folle
Tremblant je l’embrasse


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)    Version imprimable de cette page
7 janvier 2018

Un café bistrot avec de grands fauteuils, une belle cheminée, des livres partout, un côté rétro mais avec de-ci de-là des touches hypermodernes; et l’internet le plus rapide; un endroit en-dehors du temps; et d’ailleurs on pourrait y rester sans être ennuyé de ne pas consommer, un lieu où on a envie de s’installer avec des petits recoins bien sombres, des bières locales et des vins de vignerons inconnus, des espressos serrés et aux murs des portraits mystérieux, et parfois des projections de films d’illustres inconnus dans un coin de la salle.

Un lieu où on discute parfois avec des invités qui présentent leurs idées ou un livre autour d’une grande table centrale.

Dans cet endroit relativement sombre, tiède en hiver et frais en été, il y aurait une pièce de 4.75m sur 4.75m, parfaitement blanche et uniformément illuminée, pour des méditations urbaines réservées sur le site.

Le site web serait très sombre avec des touches de lumière éparses, à l’exception de la page dédiée à la méditation, toute blanche. On y trouverait un bric à brac d’informations plus ou moins utiles, répondant à des questions commençant par comment? Comment survivre à l’apocalypse, comment éteindre internet, comment …

Dans la pièce blanche, on pourrait changer d’ambiance. Parfaitement insonorisée et ventilée, il y aurait parfois des danses transes techno flamboyantes ou des happenings artistiques.

Le propriétaire aurait son petit bureau dans un coin illuminé par une minuscule LED design. Un peu barbu et excentrique il ferait peur aux jeunes filles et fascinerait les jeunes hommes. Certains diraient qu’il a fait la légion, d’autres la prison.

Il s’appelerait Marc, bien que certains, bizarrement, l’appelleraient Jeremy.


Laisser un commentaire (aucun commentaire actuellement)    Version imprimable de cette page
Recherche sur le site
Romans et nouvelles en PDF
Mots-clés / consultations
Archive mensuelle
Le plus consulté récemment
Commentaires récents
Calendrier des publications
juin 2018
L M M J V S D
« Fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
Flux RSS